Journée d’étude du CIRD : des chercheurs guinéens planchent sur la citoyenneté en Guinée

La Journée d’étude a eu lieu au CIRD ce 21 novembre 2018. Elle a mobilisé 25 participants autour de « La citoyenneté en Guinée : approches pluridisciplinaires ». Un thème central qui a été examiné sous six angles par des chercheurs guinéens de rang magistral.

Un thème pertinent. Pertinent dans la mesure où il est une préoccupation en Guinée mais aussi au vu de la nécessité d’aller vers « une éducation à la citoyenneté globale » dans le contexte de « mondialisation économique, de l’internationalisation des débats politiques, de l’accélération des circulations culturelles et d’une conscience environnementale désormais planétaire. » Dans son introduction, le professeur Djenabou Baldé, responsable de la Recherche au CIRD, a rappelé que « l’éducation à la citoyenneté au sens large peut être entendue comme l’éducation à la fois à la capacité de vivre ensemble de manière harmonieuse dans la société et à la capacité de se déployer à la fois comme personne et comme citoyen, sujet de droits et de devoirs, libre, responsable, solidaire, autonome, inséré dans la société et capable d’esprit critique et de questionnement philosophique. Elle aborde les questions de citoyenneté au sens strict liées à la connaissance et à la pratique de la gestion de la « cité ». Elle touche également à la connaissance et aux questionnements relatifs aux religions et courants philosophiques. Elle comporte donc des approches éthiques et philosophiques… Cette éducation à la citoyenneté n’exclut pas celle au bien-être qui implique l’éduction aux relations affectives et l’acquisition de comportements préventions en matière de santé et de sécurité pour soi et pour autrui. Professeur Djenabou Baldé ajoute que l’éducation à la citoyenneté « inclut de multiples dimensions reliées entre elles et interdépendantes qui s’inscrivent dans la perspective des « Objectifs du Développement durable » des Nations unies. Ceux-ci enjoignent tous les États à, « D’ici à 2030, faire en sorte que tous les élèves acquièrent les connaissances et compétences nécessaires pour promouvoir le développement durable, notamment par l’éducation en faveur du développement et de modes de vie durables, des droits de l’homme, de l’égalité des sexes, de la promotion d’une culture de paix et de non-violence, de la citoyenneté mondiale et de l’appréciation de la diversité culturelle et de la contribution de la culture au développement durable » (Agenda Éducation 2030). Cette éducation vise à transformer la société. Elle n’est pas normative mais favorise l’échange de visions, le débat et la réflexion critique.

La journée se fixait donc pour objet « l’examen de la notion de Citoyenneté telle qu’elle prend corps de manière effective en République de Guinée dans un contexte particulièrement difficile pour nous. Il s’agit d’envisager de manière très concrète ce qu’il en est sur le sol guinéen de la vie de cette notion idéalement exigeante mais complexe et délicate quant à son inscription dans les représentations et les pratiques.

D’où la nécessité d’examiner la citoyenneté en Guinée sous plusieurs thématiques, dont :

De l’indigénat à la citoyenneté : thème présenté par le Professeur Abdoul Goudoussi Diallo, géographe à la retraite, retraçant l’histoire de la citoyenneté de la République de Guinée, ancienne Guinée Française devenue indépendante le 2 Octobre 1958. Le conférencier a tenté d’analyser le cheminement de ses habitants à travers le régime d’indigénat au cours duquel ils étaient des sujets de la France « taillables et corvéables », la citoyenneté française octroyée aux différentes colonies après la seconde guerre mondiale et la citoyenneté guinéenne qui interviendra après le référendum du 28 Septembre et l’indépendance du pays le 2 Octobre 1958.

Le second thème : Citoyenneté et identité culturelle, développé par le Professeur Ibrahima Ninguélandé Diallo, psychopédagogue, aborde successivement le concept d’identité, d’identification, d’identité culturelle et de citoyenneté avant d’analyser de façon spécifique la relation entre l’identité culturelle et la citoyenneté sous l’angle de vue de l’approche psychosociale. C’est dans cette posture que le conférencier essaie de montrer la place des éléments culturels dans le processus d’identité et dans les actes d’identification. Les relations fonctionnelles qu’entretiennent les notions de valeur, d’attitude, d’opinion et de conduite et le rôle que chaque référent empirique de ces concepts joue dans le repli identitaire d’un individu ou d’un groupe social sont particulièrement abordées. Du coup, l’auteur montre comment la culture sociale oriente et fonde le processus de formation de la personnalité par le moyen de l’éducation. L’analyse s’appuie sur des faits sociohistoriques concrets. Le conférencier, dans la même posture psychosociale, analyse le repli identitaire qui a tendance à menacer la paix et l’intégrité de la communauté politique ainsi que la citoyenneté républicaine et responsable en Guinée.

De quelques pratiques populaires de la citoyenneté en Guinée, troisième thème de la journée. Il a été exposé par Dr Ramadan Diallo, politologue et chargé de la Recherche au CIRD. La thématique s’inscrit dans la suite logique du thème précédent. Il est abordé par l’auteur à travers sa dimension non normative. Comme pour prendre le contrepied des thèses qui font de la citoyenneté un « droit de cité » renvoyant à un ensemble de droits et de devoirs y compris les droits économiques, à savoir le droit au travail, le droit à la propriété, le droit de disposer pleinement et librement de leur richesse et de leurs ressources naturelles qui sont tous reconnus à tout individu membre de la communauté politique. L’auteur montre que cette façon de concevoir la citoyenneté est réductrice et laisse de côté des pratiques populaires de participation politique diverses. Ces dernières méritent d’être étudiées dans le cadre d’une approche objective et sans a priori de la citoyenneté. Et c’est à cela que le conférencier s’est employé.

Le quatrième thème : l’école et la connaissance de la citoyenneté, a été présenté par Dr Baba Diané, Directeur national de formation professionnelle et technique. Il s’agit d’un sujet d’actualité au regard de la mondialisation qui fait que le monde est aujourd’hui devenu un village planétaire. Le conférencier après avoir cerné les éléments sémantiques sur la citoyenneté et l’éducation à la citoyenneté ainsi que le rôle de l’école dans l’éducation à la citoyenneté, aborde la notion de l’élève, futur citoyen. Il clôture son intervention par une enquête réalisée sur la connaissance de la citoyenneté à l’école guinéenne auprès d’élèves, d’apprenants, d’étudiants et d’enseignants au nombre de 30, tous publics confondus.  L’enquête a eu lieu au moment de tension sociopolitique en lien avec la grève du SLEG et des revendications politiques relatives à l’installation des conseillers communaux.

Quant au cinquième thème : Le rôle de l’intelligentsia dans la promotion de la conscience civique, est abordé par M. Lamarana Diallo, sociologue démographe, ingénieur de Recherche au CIRD, à travers la définition de l’élite et de l’intelligentsia et le fait que cette dernière soit au centre de l’élaboration et de la mémorisation des composantes de la conscience civique. De ce fait, elle constitue un modèle dans tous les domaines : attachement aux bonnes manières, modes vestimentaires, entretiens des habitations, leadership politique et religieux, etc. L’auteur tente d’expliquer le pourquoi de l’interpellation et de l’interrogation de l’intelligentsia guinéenne quant à sa responsabilité du fait que la conscience civique se trouve à rude épreuve. Est-ce parce qu’elle semble avoir subi les contrecoups de l’évolution des régimes politiques qui ont prévalu dans le pays depuis 1958 ? Le conférencier tentera de nous éclairer.

La dernière thématique, Courants de pensées philosophiques et politiques de la formation du citoyen en Guinée, est une sorte de conclusion de toutes les présentations qui vont se succéder au cours de cette journée d’étude. Elle a été présentée par Dr Moussa Camara de l’ISSEG. Il a présenté les concepts relayés dans les politiques de formation du citoyen en Guinée et établi un lien entre eux et les arguments de plusieurs courants de pensées en Afrique. Il a également montré que les idées fondamentales des courants influencent le contenu des documents de politique et par ricochet déterminent le fondement des idéologies qu’elles véhiculent. In fine, le conférencier est arrivé à démontrer que l’évolution sociohistorique du pays a considérablement marqué le contenu des politiques de formation. Ainsi à chaque phase de cette évolution, l’Etat a donné une orientation significative à la formation promue. Autrement, les politiques de formation du citoyen en Guinée sont qualitativement déterminées.

Professeur Djénabou Baldé, pour finir, a précisé que « L’éducation à la citoyenneté doit permettre à chacun de devenir acteur social dans un ou des espaces donnés : une classe, une association, un syndicat, une commune, un Etat, ainsi que dans l’espace de la mondialisation. »

Puis, rappelé les différentes approches de la citoyenneté globale (global citizenship), objet d’une revue de littérature (Goren & Yemini, 2017) dont la synthèse laisse apparaitre deux tendances. L’une, plus instrumentale, vise à donner les moyens d’être compétitifs dans le cadre d’une société et d’un marché mondialisés (global competencies approach) ; l’autre, plus humaniste, vise à développer l’empathie et la sensibilité à la diversité culturelle (global consciousness approach). De façon paradoxale au vu de l’objet, les auteurs de l’article soulignent que les curricula nationaux montrent une réorganisation de cette visée de citoyenneté globale en fonction des stratégies et priorités nationales. Aussi, conviendrait-il de souligner que l’éducation à une citoyenneté mondiale est un axe majeur de la politique scolaire de l’UNESCO depuis 2015.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *