Le CIRD est un forum d’échanges visant à promouvoir le livre, la recherche scientifique et la culture. Le CIRD est ouvert aux élèves, étudiants, enseignants, chercheurs, porteurs de projets et à toutes les personnes désireuses de comprendre, d’apprendre, de partager et de construire.


TABLE-RONDE SUR LES MINES, ENVIRONNEMENT ET DEVELOPPEMENT DURABLE EN GUINEE

Ce samedi 14 décembre, Terrafrik (voir site ici) en partenariat avec le CIRD a organisé une table-ronde sur le thème : mines, environnement et développement durable en Guinée. Un panel qui a regroupe plusieurs experts autour des enjeux suivants :

  1. Cadre juridique et réglementaire : M.Yacine DIALLO, juriste et enseignant chercheur et Mamoudou CONDE, Action Mines Guinée,
  2. Présentation du projet FOREST pour la protection des forets  : M.Telngar RASSEMBAYE, représentant de France Volontaire en Guinée,
  3. Les tortues marines, les herbiers marins et la mangrove (enjeux) : M. Mamadou DIALLO ancien Directeur Exécutif de Guinée Ecologie,
  4. Les défis liés au développement de l’agriculture durable dans un contexte de développement minier à grande échelle : Djenabou BAH, ancienne coordinatrice de Terrafrik Guinée et Aboubacar KABA, Ministère des Mines et de la Géologie,
  5. L’ impact de l’exploitation minière sur le développement durable : Fatoumata KANTE, Chargé de Communication RENASCEDD,
  6. Développement Durable : M. Sory CAMARA, président de la Fédération Guinéenne des gestionnaires de déchets
  7. Participation du public : M. Amadou BAH, Président de Action Mines Guinée.

Une occasion pour un public venu nombreux d’échanger sur plusieurs thématiques liées notamment au respect des normes environnementales et écologiques par les miniers, la dégradation continue des écosystèmes côtiers et marins,  la gestion des mines finales, les limites des études d’impact environnemental, l’importance et l’urgence de réaliser des évaluations stratégiques et environnementales,  l’effectivité du respect des codes miniers et environnementaux, les recettes fiscales…

 

WAFCEF V – FORUM OUEST AFRICAIN SUR LE FINANCEMENT DU CLIMAT ET DES ENERGIES PROPRES – ROADSHOW DE CONACRY – PFAN-CIRD

Private Financing Advisory Network (PFAN – http://www.pfan.net) et le CIRD organisent le mercredi 18 décembre 2019, le roadshow de Conakry dans les locaux du CIRD. L’objectif est de présenter notamment les détails sur le processus de soumission de projets, les points saillants pour un bon plan d’affaires. Pour de plus amples informations sur l’agenda de travail, merci de cliquer sur le lien suivant :https://drive.google.com/file/d/1qkwvyvmnihevDm-p9On-1HMo2xsKvlQs/view?usp=sharing

Tous les entrepreneurs, porteurs de projets, résidents en Guinée dans les domaines du climat et des energies renouvelables, sont invités à y prendre part. L’accès et libre et gratuit.

Rappelons que PFAN est une des plus grandes institutions internationales basée à Vienne en Autriche de financement des projets relatifs au climat et aux energies propres. Il est logé au sein de l’Organisation des Nations Unies pour le Développement industriel (ONUDI).

LE CIRD DEVIENT PARTENAIRE OFFICIEL DE PFAN/REEEP/UNIDO EN REPUBLIQUE DE GUINEE

Au terme de négociations de plusieurs mois, le CIRD a reçu ce matin une notification officielle de M. Marko van Waveren Hogervost, manager général de Private Financing Advisory Network (PFAN), confirmant son statut de partenaire institutionnel en Guinée. PFAN est une des plus grandes organisations internationales basée à Vienne en Autriche dans le domaine du financement du climat et des energies propres cliquer sur le lien.

Logé à l’Organisation des Nations Unies pour le Développement Industriel (UNIDO), PFAN s’est spécialisé notamment dans l’appui-conseil de projets porteurs en matière d’energies renouvelables. Elle a déjà en relation avec notre Centre organisé au mois de juin dernier un roadshow présidé par Mme Safiatou Diallo, fondatrice et présidente du CA du CIRD qui a mobilisé plusieurs entrepreneurs verts en présence de M. Antoine Faye, coordonnateur Guinée et Sénégal de PFAN et M. Albert Boateng, coordonnateur PFAN de l’Afrique de l’ouest. Le 18 décembre prochain à 10 heures se tiendra un autre roadshow au CIRD pour décliner la méthodologie de financement de PFAN, les plans d’affaires en direction des porteurs de projets verts qui peuvent y prendre part. L’accès est libre et gratuit.

Une autre étape pour le CIRD dans sa stratégie de bâtisseur de partenariats. Merci à PFAN d’avoir fait confiance au CIRD qui devrait donner plus de visibilité sur les mécanismes d’accéder plus facilement aux financements dans le domaine des energies renouvelables.

AGENDA DE LA TABLE-RONDE SUR MINES, ENVIRONNEMENT ET DEVELOPPEMENT DURABLE EN GUINEE

En partenariat avec le CIRD, Terrafrik Guinée, organise le samedi 14 décembre 2019 à partir de 10 heures GMT une grande table-ronde sur le thème : « Mines, environnement et développement durable en Guinée ». Merci de cliquer sur le lien pour lire le programme de la journée : https://drive.google.com/file/d/1xrbPwvFE8UzhmRVDULi-t4Ra7ZPXvFiW/view?usp=sharing

Vous y êtes invit(é)s.

Crédit photos : Matar Ndour (Sénégal)

LE CIRD ET PFAN LANCENT UNE CONSULTATION SUR LES ENERGIES RENOUVELABLES LE 18 DECEMBRE

Les principaux obstacles au déploiement à grande échelle de technologies sobres en carbone et résilient au climat peuvent être retracés à travers le paradoxe bien connu de la dichotomie de l’accès au financement alors que les investisseurs se plaignent du portefeuille limité de projets susceptibles d’être financés.

C’est en perspective de cela que le Réseau Conseil du Financement Privé (PFAN/RCFP) https://pfan.net/ en partenariat avec le CIRD organise un Roadshow de présentation de son approche le 18 décembre 2019 au Centre International de Recherche et de Documentation. La rencontre qui durera de 9 :00 à 13 :00 a été conçue pour promouvoir le processus du PFAN/RCFP. Plusieurs partenaires de PFAN/RCFP prendront part à cet important Roadshow.

Tous les entrepreneurs guinéens qui travaillent dans le domaine des énergies renouvelables et qui sont porteurs de projets peuvent y prendre part pour comprendre la méthodologie de financement, d’appui-conseil de PFAN qui est un des partenaires institutionnels du CIRD.

Le CIRD est à Kipé Dadia Mosquée, sur la route de la plage de Kipé, non loin du Centre de lecture Fondation NSIA. Pour vous y rendre, merci de suivre cet itinéraire sur la carte ou cliquer ici

 

PROCHAIN SEMINAIRE 3SG LE 8 JANVIER 2020 AU LASAG UGLC/S-C : « JE NE VOLE PAS, JE NE MENS PAS, JE COUPE ! »

Séminaire 3SG
Séminaire Sciences Sociales – Guinée
Chaque premier mercredi du mois de 10h à 12h
Alternativement au CIRD et au LASAG

Coordination : Dr. Ramadan Diallo, Abdou Ndao (CIRD), Dr Marie Yvonne Curtis (LASAG-MASDEL-UGLCS), Pr Moustapha Keïta Diop (LASAG-MASDEL-MASDEL-UGLCS), Pr Frédéric Le Marcis (IRD & CERFIG)

Mercredi 8 janvier 2020

10h à 12h

UGLS de Sonfonia

« Je ne vole pas, je ne mens pas, je coupe ! » Les paradoxes de l’enfermement de femmes pour cause d’excision au Burkina Faso.

 Frédéric Le Marcis, anthropologue

CERFIG – IRD

Discutant

Marie Yvonne Curtis (LASAG)

Au Burkina Faso en 2016, le taux d’incarcération des femmes est de 1.7%, pour une population carcérale de 7 670 détenus. Malgré leur faible poids démographique au sein de la population carcérale, les femmes font l’objet d’une attention spécifique de la part des travailleurs sociaux, des organisations confessionnelles, des ONG. Deux arguments principaux sont avancés par l’ensemble des acteurs du monde carcéral pour justifier ce traitement : le fait qu’elles soient souvent accompagnées d’enfants ainsi que leur condition de femme qui impose une hygiène stricte (menstruation).

Dans la société burkinabè, les femmes sont en effet pensées à la fois responsables de l’éducation des enfants et potentiellement polluantes ce qui justifient de meilleures conditions de détention. Ces deux arguments sont également avancés pour justifier la pratique de l’excision, pratique criminalisée depuis l’accession de l’ancienne colonie française à l’indépendance.

Dans cette communication, on discutera de ce paradoxe à partir d’une étude de cas consacrée à l’incarcération dans la Maison d’Arrêt et de Correction de Ziniaré d’une quinzaine de membres d’une même parentèle, tous accusés d’avoir organisé l’excision de deux jeunes filles de leur famille. La tension entre une incarcération légale (quoique peu pratiquée) et une pratique considérée juste parce qu’inscrit dans la coutume (l’excision) sera décrite via l’analyse des interprétations de l’incarcération recueillies auprès des multiples acteurs de la scène (détenus, agents pénitentiaires et acteurs de la justice). La peine apparaît comme une injustice, lecture renforcée par un contexte post-renversement de l’ancien président Blaise Compaoré conduisant les personnes originaires de la région de l’ancien président (Ziniaré) à comprendre leur interpellation comme une vengeance politique.

L’OUVRAGE « GUINEE : LES GRIMACES D’UNE INTELLIGENTSIA DIVISEE » SERA PRESENTE AU CIRD LE 21 DECEMBRE A 10 H

Notre collègue Amadou Lamarana Diallo, sociologue et démographie, par ailleurs chef du département recherche du CIRD, vient de publier (Publi-book) un livre intitulé : Guinée : les grimaces d’une intelligentsia divisée.

RESUME :

En 1958, la Guinée demande et obtient de la France coloniale, « la liberté dans la pauvreté ». Elle ne voulait pas de « l’opulence dans l’esclavage ». Elle est aussitôt confrontée aux réalités du monde : tout ce que ce « monde compte d’impérialisme s’abat sur elle ». Son État aura tout essayé sans succès remarquables : révolution, redressement, transition, changement. C’est la marche historique d’une contrée singulière traînée par une mondialisation impitoyable. Après la brutale rupture d’avec la France, l’intelligentsia nationale s’est-elle contentée de jouer le jeu autour des chefs suprêmes sans pouvoir traduire leurs visions en projets porteurs d’avenir ? Chefs et collaborateurs ont-ils réussi l’édification de systèmes de gestion favorables à la production cordonnée de résultats de développement ? Il reste à l’intelligentsia nationale de prendre conscience de cette marche chaotique et d’avoir l’ambition commune de relever le défi majeur du redressement. À quand surviendra ce sur-saut national ? L’expérience du passé et des hommes de ce pays donne une densité de plus en plus énorme à cette question et de plus en plus de sens à chacun des témoignages qui forment ce livre.

AUTEUR :

Né à Fello Bané, un village des massifs montagneux de Ninguélandé, Pita, préfecture du Fouta central en Guinée, Amadou Lamarana Diallo est sociologue et démographe. Enseignant-chercheur, il porte un grand intérêt aux débats politiques et publie régulièrement des articles de presse sur l’actualité de son pays. Dans ce livre, il a voulu présenter un condensé de témoignages sur les tâtonnements des élites guinéennes en matière de développement économique et social.

La séance de dédicace sera organisée au CIRD, sise Dadia Mosquée à Kipé, Commune de Ratoma le samedi 21 décembre 2019 à  10 heures. Entrée libre et gratuite.

LE SEMINAIRE SCIENCES SOCIALES GUINEE (3SG) LANCE UN APPEL A COMMUNICATION POUR SA JOURNEE D’ETUDE

 Appel à communication pour la journée d’étude des 3SG

Discussion de travaux d’étudiants

 Destinataires : étudiants de sciences sociales niveau master ou doctorat

Dans le cadre des activités du 3SG nous proposons d’organiser une discussion des travaux d’étudiants. Pour cela nous demandons aux étudiants souhaitant voir leurs travaux discutés de bien vouloir soumettre aux coordinateurs du 3SG un projet de communication (résumé). Les propositions seront évaluées collectivement et 7 d’entre-elles seront retenues pour la journée d’étude.

Les auteurs des présentations retenues seront alors invités à envoyer le texte de leur présentation (5 pages minimum – 10 pages maximum, police calibri, taille 12, interligne 1,5, marges normales) au plus tard une semaine avant la journée d’étude. Chaque texte sera étudié par un discutant avant la journée d’étude pour nourrir la discussion des travaux lors de leur présentation.

Date de limite d’envoi des résumés : 31 décembre 2019

Date de communication des résumés sélectionnés : 8 janvier 2020

Journée d’étude : dernière semaine de février 2020

Envoi des résumés :

abdou.ndao@cirdguinee.org; curtismarie3@gmail.com; ramadan.diallo@cirdguinee.org; moustaphadiop@uglcs.org; frederic.lemarcis@ird.fr

Format de la journée

Matin : 10h-12h

2 présentations de 20 min, 2 discussions de 20 min, 2 débats de 10 min avec la salle, une pause de 20 min (2 heures)

Après-midi : 13h-16h

3 présentations de 20 min, 3 discussions de 20 min, 3 débats de 10 min avec la salle, une pause de 20 min soit 170 min (2 heures trente).

Contenu du résumé

(Trois pages maximum +, police calibri, taille 12, interligne 1,5, marges normales)

Page 1 :

Nom, Prénom

Indiquer le diplôme préparé et le nombre d’année d’inscription dans le diplôme

Indiquer le nom du directeur du mémoire ou de la thèse

Titre du travail

Page 2

  • Question: en cinq à 10 lignes présentez la question que vous souhaitez traiter dans votre communication. Il peut s’agir de la question générale de votre projet ou d’un aspect de votre travail (un chapitre de thèse ou de master par exemple). 
  • Méthode: décrivez en 5 lignes à 10 lignes la méthode spécifique mise en place pour répondre à la question que vous posez. Il ne s’agit pas simplement de revendiquer « observation participante » ou « entretiens » mais d’expliquer vos choix méthodologiques en fonction de votre question.
  • Problématique : en 10 à 20 lignes présentez comme vous répondez à la question en discutant données de terrain et littérature et en présentant votre argument.

L’EQUIPE DE RECHERCHE CIRD-ISFAD EN SESSION DE TRAVAIL SUR LES TICE EN GUINEE

Autour du Pr Saliou Diallo, directeur de l’Institut Supérieur pour la Formation à Distance (ISFAD-Guinée), coordonnateur scientifique du projet les TICE en Guinée : usages pour de meilleures pratiques en Enseignement-Apprentissage et en Formation, l’équipe de recherche du consortium CIRD-ISFAD est en pleine phase de préparation des activités de terrain à travers la Guinée. Après l’étape de construction et de consolidation des outils de collectes. Composée de linguiste, anthropologue, statisticien-démographe, politiste et de gestionnaire, cette équipe a pour objectifs de documenter à partir d’outils qualitatifs, quantitatifs et de vérification de compétences les pratiques des TICE dans les établissements d’enseignement primaire et des collèges des régions de la république de Guinée. D’une durée d’un an, ce projet est financé par l’Agence Universitaire pour la Francophonie (AUF) dans le cadre du projet APPRENDRE qui a sélectionné notre Consortium parmi les 152 projets soumis à travers l’Afrique.

 

 

SEMINAIRE SCIENCES SOCIALES – GUINEE (3SG) INVESTIT LA COMPLEXITE DES EXPRESSIONS CULTURELLES

Ce mercredi 04 décembre, le CIRD a accueilli le troisième séminaire sciences sociales – Guinée (3SG) co-orgnaisé par le CIRD, l’IRD-CERFIG, le MASDEL et le LASAG laboratoires de recherches basés à l’Université Général Lansana Conté de Sonfonia – Conakry (UGLC -SC). En présence dune trentaine de chercheurs et d’étudiants en Master. M. Abdou Ndao, anthropologue et directeur exécutif du CIRD a présenté le thème intitulé : Identités culturelles en Guinée Bissau, en Gambie et au Sénégal : approches croisées et enseignements méthodologiques. Pr Moustapha Keïta Diop, doyen de la faculté des sciences sociales de l’UGLC-SC et responsable du Laboratoire LASAG/UGLC-SC était le discutant. 

Resumé de l’intervenant : Globalement, l’anthropologue Ndao s’est posé la question du Comment produire du SENS en combinant l’anthropologie, la photographie et le stylisme ? C’est le projet de trois spécialités pour saisir la complexité des identités culturelles au Sénégal, en Gambie et en Guinée Bissau. A travers un parcours initiatique le long des peuples tenda (sud-est du Sénégal) jusqu’aux confins des iles bijagos (Guinée Bissau) en passant par les ajamaat/floupès (Basse Casamance, Sud de la Gambie, Guinée Bissau), ce projet décrit la complexité des rites initiatiques et des fonctions sociales des fétiches, des systèmes de gouvernance locale et traditionnelle, des royautés encore vivaces…Il bat en brèche des préjugés et stéréotypes encore vivaces dans les imaginaires de peuples considérés comme minoritaires.

Pendant plus de 7 ans, trois chercheurs poursuivent leurs itinéraires pour mieux saisir du sens dans des contextes de collaboration assumée mais parfois d’hostilité dissimulée voire explicite. Les enseignements méthodologiques sont divers. Ils vont des négociations et renégociations permanentes que le terrain impose aux chercheurs. Le sacré et le profane restent encore des espaces délimités qu’il faut négocier au gré des humeurs ou principes des peuples. Face à l’inaccessibilité des espaces ou interstices ou grappes les chercheurs déploient des stratégies spécifiques qui sont-elles mêmes en permanents réajustements. Du coup l’anecdotique devient du sens car il permet de mesurer les décalages épistémologiques et épistémiques entre les chercheurs et les peuples. Enfin, ce projet déconstruit les espaces et les lieux qui se révèlent dans leur cohérence culturelle et cultuelle. Entre le Sénégal, la Guinée, et la Gambie se jouent des similitudes et des différences enrichissantes. Comment l’anthropologie, la photographie et le stylisme arrivent-ils à COMPARER ? Comment éviter les essentialismes ethno-photo-stylistiques qui caricaturent les complexités et expressions culturelles de ces peuples ? Sommes-nous méthodologiquement préparés à y faire face ? Quelles parties des mystères arrivons nous à percer ?

A la suite de M. Ndao, plusieurs questions ont porté sur des enjeux méthodologiques et épistémologiques relatifs à la notion d’essentialisme anthropologique, le statut de cartes postales et les visées présumées de la neutralité des photos et du photographe, le rôle du stylisme dans la cohérence globale du projet, la distanciation critique par rapport aux objets épistémiques et les postures épistémologiques des chercheurs, les limites des espaces et des territorialités, la pertinence de cette approche anthropologique comparativement à l’anthropologie classique, les configurations, reconfigurations des rites initiatiques, les négociations et renégociations permanentes qui s’imposent aux chercheurs pour s’adapter aux espaces fermés, les cohabitations entre les systèmes de chefferie traditionnelles et les Etats, les marqueurs identitaires qui définissent les expressions culturelles et les limites de leurs interprétations factuelles.

Le 8 janvier 2020, Pr Frederic Le Marcis de l’IRD-CERFIG sera la quatrième intervenant et présentera un thème sur la criminalisation de l’excision au Burkina. Ce sera au LASAG à l’UGLS-SC de 10 heures à 12 heures GMT.