Articles

Quel régime politique pour la Guinée : La question en débat au CIRD

Le samedi 20 novembre 2021, le CIRD a tenu sa première rencontre dans le cadre des journées de réflexion sur la Transition en Guinée. La journée a connu seize contributions dont les présentations et débats ont été très enrichissants. Cette journée avait pour thème : « Quel régime politique pour la Guinée ? »

Un rapport de synthèse en cours d’élaboration sera publié et vulgarisé au moment opportun.

La deuxième rencontre dont le thème est « Comment avoir des élections transparentes et crédibles ? » sera lancée très bientôt.

https://docs.google.com/document/d/1DtI3N5j0_wsChqM_hXpb0jyQ9qTExd9W/edit?usp=sharing&ouid=116729940864974668946&rtpof=true&sd=true

Le Centre International de Recherche et de Documentation (CIRD) organise des journées de réflexion sur la transition ouverte en Guinée à la suite de la prise du pouvoir par le Conseil National du Rassemblement pour le Développement (CNRD) présidé par le Colonel Mamadi Doumbouya. A cet effet, le CIRD invite les universitaires et les personnes-ressources désireux de prendre part au débat, à participer à ces journées de réflexion qui porteront précisément sur deux question principales:
1) Quel régime politique pour la Guinée ?
2) Comment avoir des élections transparentes et crédibles ?

Pour accéder à l’appel à contribution, veuillez suivre le le lien suivant : https://docs.google.com/document/d/1DtI3N5j0_wsChqM_hXpb0jyQ9qTExd9W/edit?usp=sharing&ouid=116729940864974668946&rtpof=true&sd=true

SPECTACLE : UNE LEÇON DE CALCUL

Le 16 octobre, la Compagnie Bouche d’Air a présenté le spectacle Une leçon de calcul, une pièce de théâtre de Wakeu FOGAING, mise en scène par Iry BOGBE. La rencontre a eu lieu au Centre International de Recherche et de Documentation (CIRD), à la veille du départ pour Burkina Faso où la pièce est programmée au compte du FESPACO.

Une leçon de calcul est l’histoire d’un couple dont la femme est tentée par le suicide. La cause ? « Après douze ans de mariage, de vie commune, de fidélité… dans son foyer, Marthe découvre qu’elle est cocufiée par Albert, son mari, son homme ‘’ange’’ pour qui elle a tout sacrifié. Elle décide contre toute attente d’aller se pendre au bord du fleuve… »

La pièce, inspirée de la vie de tous les jours, pose le problème autour de ce qu’est le bonheur dans un foyer et aborde les thèmes comme l’amour, les conditions de vie des femmes, l’infidélité, les inégalités sociales, la lutte pour la survie et ou la domination des uns par les autres.

Pendant une heure, les comédiennes, Marthe qui tente de se pendre et La Pauvre qui n’attend que ça pour récupérer ses effets, ont livré un spectacle qui a égayé le public et poussé chacun à s’interroger sur ce qu’est le bonheur. « La vie ou la survie des couples au foyer réside dans la pratique de la monogamie ou dans la polygamie ? Ou devons-nous changer nos pensées pour être heureux ? » C’est la question que pose la pièce de théâtre et pendant que Marthe croit que la polygamie est à combattre et tente de suicider pour avoir « trahie » par son mari, La Pauvre estime que la monogamie est la principale cause de l’infidélité des hommes. Insatiables qu’ils sont.

4 SEPTEMBRE : LANCEMENT DE LA 3ème EDITION DU PRIX LITTERAIRE WILLIAMS SASSINE

La Direction exécutive du Centre International de Recherche et de Documentation (CIRD) a l’agréable plaisir d’informer le public qu’elle procédera, ce samedi 4 septembre 2021, au lancement de la 3ème édition du Prix Littéraire Williams Sassine.
Ce, à l’occasion d’un point de presse qui aura lieu au siège de l’Institution à Kipé Dadia Mosquée, dans la Commune de Ratoma.
Vu les restrictions liées au contexte sanitaire, la Direction précise que cette publication n’est pas synonyme d’invitation et réserve l’accès à la cérémonie à ceux et celles qui sont contactés individuellement.
En revanche, l’événement sera diffusé en direct sur la page Facebook du CIRD.
La Direction remercie son aimable public pour la compréhension et réitère son engagement à contribuer à la promotion du Patrimoine historique et culturel.

UN BAOBAB EST TOMBE

Un baobab est tombé. Le Professeur Djibril Tamsir Niane s’est éteint à 89 ans à Dakar où il s’était rendu pour des soins.  Cette disparition est une perte inestimable pour la communauté scientifique mondiale en général et africaine en particulier. Ce grand spécialiste de l’histoire de l’Afrique de l’Ouest est parti après avoir accompli ce qu’il s’était donné comme mission : réhabiliter l’histoire de l’Afrique et montrer, qu’en historiographie, la tradition orale exploitée avec intelligence est aussi précieuse que la documentation écrite. On se souviendra pour toujours du célèbre Soundjata ou l’épopée mandingue devenu un classique de la littérature africaine paru pour la première fois

Entre autres, sur cette photo, Mme Safiatou Diallo, juste à droite de Pr Niane, Baba Cheick Sylla à sa gauche.

aux éditions Présence africaine en 1960. A côté il y a eu cette Histoire de l’Afrique occidentale dont D. T. Niane est co-auteur avec J. Suret-Canale, publiée par le Ministère de l’Education de la Guinée en 1960, l’un des meilleurs manuels pour apprendre l’histoire de cette partie de l’Afrique qui, malheureusement n’a jamais connu une réédition. On ne passera pas sous silence sa contribution énorme à la rédaction d’une Histoire générale de l’Afrique sous l’égide de l’UNESCO, ni non plus son Histoire des mandingues de l’Ouest. Mais l’un de ses apports les plus importants est, avec une équipe d’archéologues et historiens polonais et ses étudiants de Conakry et de Kankan, d’avoir établi vers la fin des années 1960 l’emplacement de l’ancienne capitale de l’empire du Mali, Niani, en Guinée.

On se souviendra aussi de ce professeur qui malgré la prison a préféré être au service de son pays. Alors que d’autres pays lui ouvraient largement les portes de leurs universités avec tous les honneurs. Professeur Djibril Tamsir Niane a su demeurer humble et serein malgré les vertiges de la tentation.

Pr D. T. Niane, coupant le ruban inaugural du CIRD le 25 mars 2017, à sa droite, M. Moustapha Mamy Diaby, alors des Télécoms et celui de l’Enseignement supérieur.

Le Centre International de Recherche et de Documentation [C.I.R.D.] de Kipé perd en le Prof. Djibril Tamsir Niane d’abord un maître dans son sens scolastique c’est-à-dire un guide, un sage, celui dont la parole ne souffre d’aucun conteste.

Mieux le Prof. Djibril Tamsir Niane, dès l’origine, a cru au projet du CIRD qu’il a accompagné et dont il a partagé les grands moments : inauguration, conférences scientifiques, Prix Littéraire William Sassine, présentation d’ouvrages. Pour lui la seule valeur qui compte est de mettre la science à la portée du plus grand nombre. Il a vécu pour la science et celle-ci lui en est reconnaissante.

La fondation du CIRD, la direction exécutive et l’ensemble du personnel rend hommage à notre illustre disparu et présente ses condoléances les plus émues à sa famille, à la communauté scientifique guinéenne et africaine et à tous les hommes de culture.

Reposez en paix cher Professeur, après cette longue et exaltante carrière. Qu’Allah, dans sa miséricorde infinie t’agrée dans son paradis. Amina.

RESULTATS BOURSES MASTER CIRD – BICIGUI 2021 : VOICI LES LAUREATES

Ce jeudi 4 mars 2021, de 9h30 à 14h30, dans les locaux du CIRD, le Jury du programme Bourses Master CIRD 2021, s’est réuni pour évaluer les candidatures reçues et délibérer.

La Commission était composée des membres dont les noms suivent :

  • Pr Mabetty TOURE (Présidente du jury, Vice Doyenne E.C, UGLC-SC)
  • Mamadou Sanou DIALLO (Responsable RSE de la BICIGUI, Représentant de son institution)
  • Pr Selly CAMARA (Conseiller scientifique du MESRS, Représentant de son institution)
  • Dr Ramadan DIALLO (Directeur exécutif adjoint du CIRD)
  • Amadou Lamarana DIALLO (Responsable du département Recherche du CIRD)
  • Mr Fassou Mathias NYEKOYA (Rapporteur de la séance, Assistant du département Bourses et Formation du CIRD)

Halimatou Ramatoulaye BALDE, lauréate n°1

A la suite de l’appel à candidature lancé par le CIRD le 2 février 2021 et clôturé le 25 février 2021, pour l’attribution des deux bourses de Master Recherche financées par la BICIGUI, destinées exclusivement aux femmes, six (6) candidatures ont été reçues.

Dans sa séance de travail, la Commission a examiné les six (6) dossiers selon les critères suivants sur un barème de 20 points :

  • La constitution du dossier (note sur 3 points) ;
  • Le parcours académique de la candidate (note sur 4 points) ;
  • La qualité du projet de recherche (note sur 5 points) ;
  • La conformité du budget (note sur 2 points) ;
  • L’entretien oral (note sur 6 points).

Conformément aux critères ci-dessus, la Commission a délibéré avec rigueur en confrontant les différents résultats. C’est ainsi que les candidates dont les noms suivent, sont retenues comme bénéficiaires des Bourses au compte de l’édition 2021 :

Diamilatou BALDE, lauréate n°2

  • BALDE Halimatou Ramatoulaye avec une note générale de 15,80/20 points; Pour son projet : Quelle approche pour une gestion durable des forêts classées en Guinée : Cas du Jardin Botanique de Camayenne à Conakry
  • BALDE Diamilatou avec une note générale de 13,20/20 points; pour son projet : Etude des facteurs déterminants de la destruction des forets à Conakry, cas de la foret de Demoudoula

La séance s’est clôturée par les mots de remerciements de la présidente du jury, de M. Mamadou Sanou DIALLO et de Dr Ramadan DIALLO.

Nous adressons nos vives félicitations aux lauréates et nos encouragements aux autres.

Le CIRD et la BICIGUI signent un partenariat et lancent la 2ème édition du Programme Bourses Master CIRD

Le Centre International de Recherche et de Documentation (CIRD) et la Banque Internationale pour le Commerce et l’Industrie de la Guinée (BICIGUI) ont signé une Convention de partenariat ce lundi 1er février 2021. A cette occasion, les deux institutions ont lancé la 2ème édition du Programme Bourses en Master CIRD. Cette édition entière prise en charge par l’institution bancaire à travers son Département RSE (Responsabilité sociétale de l’Entreprise et des Engagements), porte sur deux bourses dédiées aux étudiantes.

Ce programme apporte aux bénéficiaires un appui financier et un encadrement pédagogique tout au long de leur cycle de formation en Master : ateliers méthodologiques, écriture scientifique, projets de mémoire et d’investissement pratique sur les terrains de recherches, etc.

L’objectif général de ce programme de bourse est d’améliorer la qualité de la recherche scientifique, œuvrer pour une égalité des chances à travers le renforcement des capacités de recherche de deux (2) jeunes femmes et promouvoir la recherche sur les archives, le patrimoine historique et culturel, ou la gestion des ressources naturelles minérales et environnementales.

A travers ce partenariat, la BICIGUI renforce son engagement dans le domaine de l’éducation et de l’égalité des chances.

Le Programme Bourses Master CIRD a été initié et lancé par le CIRD en 2019 par l’octroi de 3 bourses à des étudiants guinéens. Dans son Plan stratégique quinquennal, le Centre prévoit l’octroi de 50 Bourses Master et 10 Bourses Doctorat à des étudiants guinéens et éventuellement africains sur la période 2019-2023.

Le CIRD rappelle les intéressées à se préparer, l’appel à candidature va être lancé dans les heures qui suivent.

Conférence / Système politique guinéen : entre démocratie et ethnocratie

Le samedi 21 novembre, à 10hoo, le Centre International de Recherche et de Documentation (CIRD) organise sa conférence publique depuis le début de la pandémie. La conférence qui a pour le thème : Système politique guinéen : entre démocratie et ethnocratie sera prononcée par Ramadan Diallo, Docteur en Science politique, Enseignant-chercheur et Directeur exécutif-adjoint du CIRD.

Résumé

« L’ethnocratie est à la fois juridico-institutionnelle et pratique, moderne et traditionnelle, avec des aspects démocratiques et autoritaires. L’architecture juridico-institutionnelle de la Guinée en fait une démocratie libérale à part entière, au même titre que les démocraties occidentales prises pour modèle. Elle correspond à la définition maximaliste de la démocratie, sans prendre en compte l’effectivité de normes et principes. Sur le plan pratique, les institutions et mécanismes de la démocratie libérale existent également : les trois principaux pouvoirs, les partis, les médias, des élections périodiques, la participation populaire, etc. Ce contenu formel et pratique se rapporte à la modernité.
Mais, d’un autre côté, chaque fois que ce contenu entre dans un processus de mise en œuvre, on y rencontre l’ethnicité de manière significative. Dès lors, la modernité rencontre la tradition, la démocratie formelle croise l’autoritarisme. Mais l’un ne se dilue pas dans l’autre. Ces différentes réalités s’hybrident et s’alternent dans la manifestation de l’ethnocratie. »

Le CIRD vous attend nombreux. Entrée gratuite

Visite : Le CIRD reçoit la BICIGUI

Le 5 août, la Direction exécutive du CIRD a reçu en visite M. Mamadou Sanou Diallo, chargé de la Responsabilité sociétale de l’entreprise et des engagements (RSE) à la BICIGUI. Une rencontre au cours de laquelle les deux parties ont échangé sur des pistes de collaboration et proposé de formaliser le tout dans une convention de partenariat qui définit les axes communs d’intervention.

Après les échanges et la visite des locaux, le CIRD a offert à son hôte un exemplaire du recueil de nouvelles « Fenêtre sur rue » de la première édition du Prix littéraire Williams Sassine.

SEMINAIRE 3SG : ETHNICISATION DU FAIT POLITIQUE ET POLITISATION DU FAIT ETHNIQUE

« Ethnicité et Démocratie en Guinée », c’est le thème de la session du 4 mars qui a eu lieu dans la salle des séminaires du MASDEL à l’UGLC Sonfonia. Il a été développé par Dr Ramadan DIALLO, Docteur en SciencePo et Directeur exécutif-adjoint du #CIRD. De nombreux étudiants en master et au #Doctorat ont prix part à la rencontre qui a suscité de nombreux questions et un débat intéressant.

La décennie 1990 constitue pour bon nombre de pays d’Afrique subsaharienne – francophones notamment – une transition de régimes autoritaires vers des régimes démocratiques. C’est le cas de la Guinée où un processus démocratique s’est ouvert dès la moitié des années 1980, avec la chute du régime dirigiste d’Ahmed Sékou Touré.

A l’inverse des démocraties libérales occidentales dont elle s’inspire, la démocratie conventionnelle adoptée en Guinée existe dans l’architecture juridico-institutionnelle mais ne fonctionne pas, dans les faits, sur la base d’institutions politiques et sociales qui transcendent les clivages ethniques et communautaires. L’ethnicité en est la matrice fondamentale. Elle se manifeste par l’hybridation de produits institutionnels d’import-export à des réalités locales spécifiques.

L’Administration publique, les partis politiques, les organisations socio-culturelles s’appuient explicitement ou implicitement sur l’ethnicité dans leur rapport au politique. Plusieurs facteurs sont à la base de ce double phénomène d’ethnicisation du fait politique et de politisation du fait ethnique en Guinée. On peut l’attribuer aussi bien à la fragilité de l’Etat qui peine à assurer ses missions régaliennes – sécurité, justice, bien-être, etc. – qu’à l’insuffisance de l’ancrage des valeurs, normes et principes de la démocratie libérale dans la société guinéenne. A cela, il faut ajouter le rôle structurant de l’ethnie comme groupe social de mobilisation politique dans les représentations collectives.