SPECTACLE : UNE LEÇON DE CALCUL

Le 16 octobre, la Compagnie Bouche d’Air a présenté le spectacle Une leçon de calcul, une pièce de théâtre de Wakeu FOGAING, mise en scène par Iry BOGBE. La rencontre a eu lieu au Centre International de Recherche et de Documentation (CIRD), à la veille du départ pour Burkina Faso où la pièce est programmée au compte du FESPACO.

Une leçon de calcul est l’histoire d’un couple dont la femme est tentée par le suicide. La cause ? « Après douze ans de mariage, de vie commune, de fidélité… dans son foyer, Marthe découvre qu’elle est cocufiée par Albert, son mari, son homme ‘’ange’’ pour qui elle a tout sacrifié. Elle décide contre toute attente d’aller se pendre au bord du fleuve… »

La pièce, inspirée de la vie de tous les jours, pose le problème autour de ce qu’est le bonheur dans un foyer et aborde les thèmes comme l’amour, les conditions de vie des femmes, l’infidélité, les inégalités sociales, la lutte pour la survie et ou la domination des uns par les autres.

Pendant une heure, les comédiennes, Marthe qui tente de se pendre et La Pauvre qui n’attend que ça pour récupérer ses effets, ont livré un spectacle qui a égayé le public et poussé chacun à s’interroger sur ce qu’est le bonheur. « La vie ou la survie des couples au foyer réside dans la pratique de la monogamie ou dans la polygamie ? Ou devons-nous changer nos pensées pour être heureux ? » C’est la question que pose la pièce de théâtre et pendant que Marthe croit que la polygamie est à combattre et tente de suicider pour avoir « trahie » par son mari, La Pauvre estime que la monogamie est la principale cause de l’infidélité des hommes. Insatiables qu’ils sont.

LE CIRD AUX RESSOURCES EDUCATIVES

Le Centre International de Recherche et de Documentation (CIRD) a assisté « aux états généraux du livre en langue française dans le monde ». Activité qui a eu lieu à l’occasion des journées des Ressources éducatives organisées à Tunis (Tunisie) du 21 au 23 septembre 2021 et retransmis dans plusieurs capitales du pays francophones. A Conakry, l’événement s’est déroulé à Onomo Hôtel où se sont retrouvés des acteurs du livres, de la culture et de l’éducation. Des débats de haut niveau sur les enjeux liés au livre en langue française dans un monde en mutation.

L’équipe du CIRD composée de Thierno Hassane Diallo, chargé de communication et Saidatou Bah, assistante administrative, a eu l’occasion de présenter l’institution et ses activités. Notamment, le Prix Littéraire Williams Sassine, mais aussi échanger avec les participants sur les conditions de participation et offrir quelques exemplaires des recueils des deux éditions précédentes.

Le Ressources éducatives est un projet initié et financé par l’Agence française de développement (AFD) et mis en œuvre par l’UNESCO et l’Institut français. Il vise à renforcer l’accès des élèves du primaire et du secondaire en Afrique subsaharienne francophone à un ensemble de ressources éducatives variées et de qualité en matérielles et numériques.

« Lire pour apprendre » est la composante III du projet Ressources éducatives, elle est dédiée au développement et à la promotion de la littérature jeunesse au service de la maîtrise de la langue et des apprentissages. La Guinée en est le pays pilote.

 

 

 

LANCEMENT DE LA 3ème EDITION DU PRIX LITTERAIRE WILLIAMS SASSINE

Conakry, Samedi 4 septembre 2021. Le Centre International de Recherche et de Documentation (CIRD), a procédé au lancement de la 3ème édition du Prix Littéraire Williams Sassine. C’est à l’occasion d’un point de presse organisé à son siège, à Kipé Dadia Moquée, en présence de certaines personnalités et autres acteurs du livre.

Le Prix littéraire Williams Sassine est un concours biennal international initié par le CIRD. Il est ouvert aux jeunes talents du monde francophone et vise à inciter à la lecture et à l’écriture et valoriser la littérature. C’est un outil important qui permet de sortir de l’ombre les jeunes talents en écriture.

Il consiste à rédiger une nouvelle de format compris entre 20.000 et 40.000 signes (10 à 20 pages), dont l’appréciation est confiée à un jury international composé de nouvellistes, romanciers, journalistes et universitaires.

La 1ère édition (2018) s’est révélée un succès, avec 64 contributions dont 11 venant de 5 pays étrangers. Quatre lauréats ont été primés (3 Guinéens et une Ivoirienne), 4 nouvelles publiées dans le recueil Fenêtre sur rue de 84 pages.

La 2ème édition (2020) dont le thème était LA MIGRATION, quant à elle, a enregistré 41 candidatures dont 12 venues de 8 pays étrangers. 4 lauréats (un Congolais RDC, deux Béninois et une Guinéenne), 6 textes publiés dans le recueil, La traversée, de 156 pages.

 

HOMMAGE A FEU PR DJIBRIL TAMSIR NIANE

La présente édition est organisée en hommage à feu le Pr Djibril Tamsir NIANE, éminent historien guinéen décédé cette année 2021. Une manière pour le CIRD de contribuer à immortaliser l’auteur du célèbre ouvrage Soundjata ou l’épopée mandingue. L’édition 2022 se déroule dans les mêmes conditions que les deux précédentes. Le concours consiste à rédiger une nouvelle de format compris entre 20.000 et 40.000 signes (10 à 20 pages), dont l’appréciation est confiée à un jury international composé de nouvellistes, romanciers, journalistes et universitaires.

SOUMISSION DES CANDIDATURES

Conformément aux dispositions du Règlement général du Concours et le chronogramme établi, les candidatures sont soumises au CIRD du 4 septembre au 30 novembre 2021 à minuit. Les nouvelles sont envoyées en version électronique sur info@cirdguinee.org

LES LAUREATS ET PRIX

Contrairement aux éditions précédentes, les prix sont désormais en dollars. Le concours récompense 4 lauréats. Le premier a une enveloppe de 1000 dollars plus un trophée. Le deuxième une enveloppe de 800 dollars plus un trophée. Le troisième recueille 600 dollars plus un trophée et le 4 a droit à 400 dollars plus un trophée.

L’EDITION DU RECUEIL

Egalement, pour cette édition, seuls les quatre textes primés feront l’objet de publication. Celui-ci est distribué gracieusement aux bibliothèques et centres documentaires, aux établissements d’enseignements, aux institutions, aux partenaires.

Cliquez sur ce lien pour lire le Règlement général : https://drive.google.com/file/d/12YY6NgrV1oUSLyid699Sem6iOV1USbsc/view?usp=sharing

3SG : Les questions minières au cœur du débat

La session a bien eu lieu au CIRD ce 1 sept.2021. Oumar Barry, doctorant en sciences politiques à l’Université Lumière Lyon-2, a présenté ses travaux de recherche sur le thème Politique minière et capacité d’émergence en Afrique. Cas de la République de la Guinée. Travaux réalisés dans le cadre de sa thèse de doctorat. De l’objectif de recherche aux difficultés en passant par la question de la recherche, la méthodologie, les résultats obtenus, le chercheur a présenté au public les enjeux liés à l’exploitation minière dans la région de Boké.

Oumar Barry a utilisé une méthode socio-historique qui lui a permis de comprendre les causes des violences dans cette zone riche en ressources minières, mais aussi et surtout en histoire.

Aboubacar Akoumba Diallo, journaliste spécialiste des questions minières, était le discutant du séminaire.

4 SEPTEMBRE : LANCEMENT DE LA 3ème EDITION DU PRIX LITTERAIRE WILLIAMS SASSINE

La Direction exécutive du Centre International de Recherche et de Documentation (CIRD) a l’agréable plaisir d’informer le public qu’elle procédera, ce samedi 4 septembre 2021, au lancement de la 3ème édition du Prix Littéraire Williams Sassine.
Ce, à l’occasion d’un point de presse qui aura lieu au siège de l’Institution à Kipé Dadia Mosquée, dans la Commune de Ratoma.
Vu les restrictions liées au contexte sanitaire, la Direction précise que cette publication n’est pas synonyme d’invitation et réserve l’accès à la cérémonie à ceux et celles qui sont contactés individuellement.
En revanche, l’événement sera diffusé en direct sur la page Facebook du CIRD.
La Direction remercie son aimable public pour la compréhension et réitère son engagement à contribuer à la promotion du Patrimoine historique et culturel.

3SG : RENDEZ-VOUS LE 1er SEPTEMBRE AU CIRD

Les mercredi 1er Septembre 2021, au Centre International de Recherche et de Documentation (CIRD), à 10h, aura lieu le Séminaire Sciences Sociales de Guinée (3SG). Une rencontre entre chercheurs, étudiants et professionnels pour discuter des approches méthodologiques et scientifiques d’une thématique.

Titre :  Politique minière et capacité d’émergence en Afrique : Cas de la République de Guinée.

Cette problématique de recherche tente de porter un regard nouveau sur la portée développementale des ressources naturelles en Afrique. Comment faire de l’extraction des ressources naturelles un levier de développement social, économique et d’émergence géopolitique.  Elle s’efforce d’analyser les mécanismes multiples de développement des zones minières déployés par l’Etat ; FODEL, ANAFIC, les entreprises minières au moyen de la RSE, et les institutions internationales par l’édiction de normes de performances ; principes de l’équateurs, normes de la SFI, principes directeurs des Nations-Unies. La réflexion s’élargie également sur les enjeux géopolitiques sous-jacents dans les projets miniers en Guinée. Les rivalités entre des acteurs et des puissances (Chines, Russie, USA, France, Inde…) pour le contrôle d’une ressource minière sur un territoire donné.

Présentateur

BARRY Oumar, doctorant à l’Institut d’Etudes Politiques (IEP) de l’Université de LYON 2 Lumière. Chercheur sur les enjeux stratégiques des ressources minières et les politiques de développement des zones minières en Guinée.

Recherche scientifique : Le CIRD reçoit le ministre de tutelle

Le 25 juin 2021, le CIRD a reçu en visite le ministre d’Etat, ministre de l’Enseignement supérieur et de la Recherche scientifique. M. Aboubacar Sylla à la tête d’une forte délégation composée entre autres de M. Binko Mamady Touré, secrétaire général, Pr Selly Camara, conseiller du ministre sur les questions de Recherche, était en tournée dans les Institutions de recherche et de Documentation. Arrivé en fin de matinée, il a été accueilli par l’équipe du CIRD, en tête Dr Safiatou Diallo, fondatrice et présidente du Conseil d’administration et Dr Ramadan Diallo, Directeur-exécutif-adjoint.

Après la visite des locaux, le ministre et sa suite ont eu droit à une brève présentation du CIRD : son statut un peu particulier qui fait de lui un centre indépendant mais d’utilité publique, le rôle et tous les appuis qu’il apporte déjà et compte apporter aux secteurs dans lesquels il évolue.

Aboubacar Sylla, s’est réjoui de l’accueil, mais surtout de découvrir une structure qui, malgré l’absence de financement public fonctionne et parvient à produire d’aussi excellents résultats. Pour le Ministre, son département ayant un rôle de service public, il a le devoir d’accompagner et de soutenir une structure comme le CIRD dont les activités concourent à la qualification du système éducatif guinéen en général et de l’enseignement supérieur et de la recherche scientifique en particulier.

Radicalisation et l’extrémisme violent : Le CIRD co-abrite un séminaire de prévention

L’éducation se trouve actuellement à la croisée des chemins dans la bande sahélo saharienne. Des problèmes aigus d’infrastructures humaines et matérielles se posent un peu partout. Et, là où ce défi est résolu, les troubles liés au terrorisme empêchent le processus éducatif et de formation de se dérouler normalement. Il est douloureux de constater que près de 2 millions d’enfants sont actuellement privés d’école tandis que de milliers d’enseignants ne peuvent exercer sereinement leur métier à cause de la radicalisation et de la violence dans et autour des établissements d’éducation et de formation. Des organisations internationales de renom n’hésitent plus à formuler l’hypothèse que l’éducation en Afrique de l’Ouest et en Afrique Centrale est présentement « en péril » (Unicef (2019). www.Unicef.org.)

Conscient de cette réalité, le Gouvernement de la République du Tchad a initié un programme national pour marquer sa détermination résolue à faire face à cet immense défi. Ce programme comprend 4 axes: (1) la prévention, (2) le repérage et le signalement des jeunes en voie de radicalisation, (3) le suivi de ces jeunes et (4) la formation des personnels.

C’est dans le cadre de ce quatrième axe que le Professeur Bah-Lalya a été appelé à  concevoir un module sur la prévention de la radicalisation et de l’extrémisme violent en milieu éducatif. Ainsi, il a constitué à son niveau une équipe de chercheurs qui développe, sous sa responsabilité et avec l’appui d’un Comité Technique du Ministère de l’éducation et de la Promotion Civique du Tchad, un module spécialement destiné aux écoles normales d’instituteurs bilingues de ce pays, à ses structures départementales de formation, les CDFCEP, ainsi qu’aux établissements similaires de la sous-région qui seraient intéressés.

Un groupe dit ‘Groupe de Référence’ est alors identifié et invité à suivre, les 29 et 30 avril 2021, un atelier de formation, avec mandat de maitriser le contenu du module afin de le disséminer à différents niveaux du système éducatif selon une approche en cascades. La formation, qui se déroule en 5 cours, est dispensée sous forme de présentations magistrales par l’équipe de conception, suivies de questions-réponses. A la fin, une évaluation est organisée pour constater le niveau de satisfaction des participants et des certificats décernés.

Compte tenu du contexte sanitaire lié au Covid19, il a été convenu de procéder par une formation à distance. Côté guinéen, le Centre International de Recherche et de Documentation -CIRD- est retenu  pour servir de cadre à cette formation. Ce centre est une institution qui a vocation de recherche, de documentation et de formation. Il accorde également une attention particulière au développement économique et social ainsi qu’au patrimoine historique africain qu’il documente et met à la disposition du Grand Public. Le CIRD est reconnu comme un forum particulièrement approprié d’échanges entre chercheurs, enseignants, étudiants et spécialistes du développement sur des questions jugées critiques pour la promotion de l’éducation et de la formation en Afrique au Sud du Sahara.

Pour plus d’information sur le CIRD, contacter :

+224 624 612 406

www.cirdguinee.org

info@cirdguinee.org

PAGE NOIRE : LE CHEF DU DEPARTEMENT RECHERCHE DU CIRD N’EST PLUS !

Le Centre a appris avec beaucoup de tristesse la mort de El Hadj Lamarana DIALLO, le chef du Département recherche de Centre. Décès survenu dans la soirée du vendredi 09 avril 2021, à son domicile de Kountia CBA (Coyah).

L’enterrement est prévu pour ce samedi 10 avril à 14h dans le même quartier.

La Fondation et la Direction exécutive de CIRD présente ses condoléances à la famille du défunt et au monde universitaire dans lequel El Hadj Lamarana a évolué toute sa carrière durant.

Que Dieu lui pardonne et lui accorde Son Paradis Firdaws.

UN BAOBAB EST TOMBE

Un baobab est tombé. Le Professeur Djibril Tamsir Niane s’est éteint à 89 ans à Dakar où il s’était rendu pour des soins.  Cette disparition est une perte inestimable pour la communauté scientifique mondiale en général et africaine en particulier. Ce grand spécialiste de l’histoire de l’Afrique de l’Ouest est parti après avoir accompli ce qu’il s’était donné comme mission : réhabiliter l’histoire de l’Afrique et montrer, qu’en historiographie, la tradition orale exploitée avec intelligence est aussi précieuse que la documentation écrite. On se souviendra pour toujours du célèbre Soundjata ou l’épopée mandingue devenu un classique de la littérature africaine paru pour la première fois

Entre autres, sur cette photo, Mme Safiatou Diallo, juste à droite de Pr Niane, Baba Cheick Sylla à sa gauche.

aux éditions Présence africaine en 1960. A côté il y a eu cette Histoire de l’Afrique occidentale dont D. T. Niane est co-auteur avec J. Suret-Canale, publiée par le Ministère de l’Education de la Guinée en 1960, l’un des meilleurs manuels pour apprendre l’histoire de cette partie de l’Afrique qui, malheureusement n’a jamais connu une réédition. On ne passera pas sous silence sa contribution énorme à la rédaction d’une Histoire générale de l’Afrique sous l’égide de l’UNESCO, ni non plus son Histoire des mandingues de l’Ouest. Mais l’un de ses apports les plus importants est, avec une équipe d’archéologues et historiens polonais et ses étudiants de Conakry et de Kankan, d’avoir établi vers la fin des années 1960 l’emplacement de l’ancienne capitale de l’empire du Mali, Niani, en Guinée.

On se souviendra aussi de ce professeur qui malgré la prison a préféré être au service de son pays. Alors que d’autres pays lui ouvraient largement les portes de leurs universités avec tous les honneurs. Professeur Djibril Tamsir Niane a su demeurer humble et serein malgré les vertiges de la tentation.

Pr D. T. Niane, coupant le ruban inaugural du CIRD le 25 mars 2017, à sa droite, M. Moustapha Mamy Diaby, alors des Télécoms et celui de l’Enseignement supérieur.

Le Centre International de Recherche et de Documentation [C.I.R.D.] de Kipé perd en le Prof. Djibril Tamsir Niane d’abord un maître dans son sens scolastique c’est-à-dire un guide, un sage, celui dont la parole ne souffre d’aucun conteste.

Mieux le Prof. Djibril Tamsir Niane, dès l’origine, a cru au projet du CIRD qu’il a accompagné et dont il a partagé les grands moments : inauguration, conférences scientifiques, Prix Littéraire William Sassine, présentation d’ouvrages. Pour lui la seule valeur qui compte est de mettre la science à la portée du plus grand nombre. Il a vécu pour la science et celle-ci lui en est reconnaissante.

La fondation du CIRD, la direction exécutive et l’ensemble du personnel rend hommage à notre illustre disparu et présente ses condoléances les plus émues à sa famille, à la communauté scientifique guinéenne et africaine et à tous les hommes de culture.

Reposez en paix cher Professeur, après cette longue et exaltante carrière. Qu’Allah, dans sa miséricorde infinie t’agrée dans son paradis. Amina.