Hommage : Le CIRD célèbre Nadine Bari

Le 18 décembre, le CIRD a organisé une cérémonie hommage à Nadine Bari, écrivaine, humanitaire et veuve d’Abdoulaye Djibril Barry qui, comme beaucoup d’autres Guinéens, a disparu sous le régime de Sékou Touré. Une présence remarquée d’éminents acteurs du livre, des collaborateurs, des membres de la famille de son défunt mari, et de nombreux admirateurs. Une cérémonie en plusieurs étapes : projection du film Hier, je t’espérais encore, présentation de l’auteure et son œuvre, témoignages et visites d’exposition.

Dans le film, on retrace l’itinéraire d’une veuve à la recherche de la tombe de son mari disparu en 1972 dans des circonstances non élucidées. On voit Nadine remonter les pistes, traverser des villes et village, interroger des informateurs, parcourir de longs chemins à la quête de nouvelles d’un « être aimé ». Après plusieurs années de quête, on voit Nadine et ses quatre enfants se recueillir sur la tombe du mari et père, dans le village de Tokounou, préfecture de Kankan.

Nadine Bari, née Nadine Paulette Boissiéras, en juin 1940 à Dordogne (France). Ecole primaire aux  Aubiers, dans les deux Sèvres, le collège à Angers. Puis, elle poursuit ses études universitaires à Paris où elle suit à la fois des cours Droits et de Langues. Déjà, depuis ses années scolaires à Angers, Nadine avait été qualifiée de « meneur » pour avoir dénoncé la qualité de la nourriture servie. « Vous avez très tôt estimé avoir des droits à faire valoir, surtout quand on vous les refusait sans raison », a rappelé Dr Safiatou Diallo, fondatrice et Présidente de Conseil d’Administration du CIRD.

Pr Odile Goerg, historienne, depuis la France, a parlé de la rencontre de Nadine et son époux, Abdoulaye Djibril Barry dit « Noppi » (oreilles en pular), sobriquet tiré de la taille de ses « oreilles longues et décollées ». Ce dernier boursier de l’Etat guinéen comme beaucoup d’autres jeunes, était en tronc commun avec Nadine pendant les deux premières années d’université. Celle-ci, malgré un contexte marqué par la méfiance et le racisme, se plaisait à être en compagnie des étudiants africains. Nadine a réussi à convaincre ses parents et obtenu leur accord d’épouser celui qu’elle aime. Mais leur vie commune n’aura duré qu’une dizaine d’années.

L’écriture est un moyen que Nadine a utilisé pour extérioriser le mal qu’elle vit, l’amour qu’elle a pour l’homme qui l’a conquise à jamais. Grain de Sable ; Noces d’absence ; La dictature, mode d’emploi ; Chroniques de Guinée ; Le cri de la mangouste, sont entre autres ouvrages sur les 13 écrits par Nadine et dont les recettes sont destinées à financer les activités de l’ONG Guinée-solidarité créée en 2006. La toute dernière signature de Nadine Bari est L’accusé, œuvre dans laquelle l’auteure imagine et romance le « procès » de Sékou Touré devant les juges du TPI (Tribunal pénal interstellaire).

Mais avant, à travers des témoignages émouvants, l’assistance a salué une personne qui a fait du courage, la patience et la persévérance, ses armes irréductibles pour vivre pleinement l’amour et le prouver, malgré l’absence de l’être aimé.

LE CIRD AUX RESSOURCES EDUCATIVES

Le Centre International de Recherche et de Documentation (CIRD) a assisté « aux états généraux du livre en langue française dans le monde ». Activité qui a eu lieu à l’occasion des journées des Ressources éducatives organisées à Tunis (Tunisie) du 21 au 23 septembre 2021 et retransmis dans plusieurs capitales du pays francophones. A Conakry, l’événement s’est déroulé à Onomo Hôtel où se sont retrouvés des acteurs du livres, de la culture et de l’éducation. Des débats de haut niveau sur les enjeux liés au livre en langue française dans un monde en mutation.

L’équipe du CIRD composée de Thierno Hassane Diallo, chargé de communication et Saidatou Bah, assistante administrative, a eu l’occasion de présenter l’institution et ses activités. Notamment, le Prix Littéraire Williams Sassine, mais aussi échanger avec les participants sur les conditions de participation et offrir quelques exemplaires des recueils des deux éditions précédentes.

Le Ressources éducatives est un projet initié et financé par l’Agence française de développement (AFD) et mis en œuvre par l’UNESCO et l’Institut français. Il vise à renforcer l’accès des élèves du primaire et du secondaire en Afrique subsaharienne francophone à un ensemble de ressources éducatives variées et de qualité en matérielles et numériques.

« Lire pour apprendre » est la composante III du projet Ressources éducatives, elle est dédiée au développement et à la promotion de la littérature jeunesse au service de la maîtrise de la langue et des apprentissages. La Guinée en est le pays pilote.

 

 

 

LANCEMENT DE LA 3ème EDITION DU PRIX LITTERAIRE WILLIAMS SASSINE

Conakry, Samedi 4 septembre 2021. Le Centre International de Recherche et de Documentation (CIRD), a procédé au lancement de la 3ème édition du Prix Littéraire Williams Sassine. C’est à l’occasion d’un point de presse organisé à son siège, à Kipé Dadia Moquée, en présence de certaines personnalités et autres acteurs du livre.

Le Prix littéraire Williams Sassine est un concours biennal international initié par le CIRD. Il est ouvert aux jeunes talents du monde francophone et vise à inciter à la lecture et à l’écriture et valoriser la littérature. C’est un outil important qui permet de sortir de l’ombre les jeunes talents en écriture.

Il consiste à rédiger une nouvelle de format compris entre 20.000 et 40.000 signes (10 à 20 pages), dont l’appréciation est confiée à un jury international composé de nouvellistes, romanciers, journalistes et universitaires.

La 1ère édition (2018) s’est révélée un succès, avec 64 contributions dont 11 venant de 5 pays étrangers. Quatre lauréats ont été primés (3 Guinéens et une Ivoirienne), 4 nouvelles publiées dans le recueil Fenêtre sur rue de 84 pages.

La 2ème édition (2020) dont le thème était LA MIGRATION, quant à elle, a enregistré 41 candidatures dont 12 venues de 8 pays étrangers. 4 lauréats (un Congolais RDC, deux Béninois et une Guinéenne), 6 textes publiés dans le recueil, La traversée, de 156 pages.

 

HOMMAGE A FEU PR DJIBRIL TAMSIR NIANE

La présente édition est organisée en hommage à feu le Pr Djibril Tamsir NIANE, éminent historien guinéen décédé cette année 2021. Une manière pour le CIRD de contribuer à immortaliser l’auteur du célèbre ouvrage Soundjata ou l’épopée mandingue. L’édition 2022 se déroule dans les mêmes conditions que les deux précédentes. Le concours consiste à rédiger une nouvelle de format compris entre 20.000 et 40.000 signes (10 à 20 pages), dont l’appréciation est confiée à un jury international composé de nouvellistes, romanciers, journalistes et universitaires.

SOUMISSION DES CANDIDATURES

Conformément aux dispositions du Règlement général du Concours et le chronogramme établi, les candidatures sont soumises au CIRD du 4 septembre au 30 novembre 2021 à minuit. Les nouvelles sont envoyées en version électronique sur info@cirdguinee.org

LES LAUREATS ET PRIX

Contrairement aux éditions précédentes, les prix sont désormais en dollars. Le concours récompense 4 lauréats. Le premier a une enveloppe de 1000 dollars plus un trophée. Le deuxième une enveloppe de 800 dollars plus un trophée. Le troisième recueille 600 dollars plus un trophée et le 4 a droit à 400 dollars plus un trophée.

L’EDITION DU RECUEIL

Egalement, pour cette édition, seuls les quatre textes primés feront l’objet de publication. Celui-ci est distribué gracieusement aux bibliothèques et centres documentaires, aux établissements d’enseignements, aux institutions, aux partenaires.

Cliquez sur ce lien pour lire le Règlement général : https://drive.google.com/file/d/12YY6NgrV1oUSLyid699Sem6iOV1USbsc/view?usp=sharing

4 SEPTEMBRE : LANCEMENT DE LA 3ème EDITION DU PRIX LITTERAIRE WILLIAMS SASSINE

La Direction exécutive du Centre International de Recherche et de Documentation (CIRD) a l’agréable plaisir d’informer le public qu’elle procédera, ce samedi 4 septembre 2021, au lancement de la 3ème édition du Prix Littéraire Williams Sassine.
Ce, à l’occasion d’un point de presse qui aura lieu au siège de l’Institution à Kipé Dadia Mosquée, dans la Commune de Ratoma.
Vu les restrictions liées au contexte sanitaire, la Direction précise que cette publication n’est pas synonyme d’invitation et réserve l’accès à la cérémonie à ceux et celles qui sont contactés individuellement.
En revanche, l’événement sera diffusé en direct sur la page Facebook du CIRD.
La Direction remercie son aimable public pour la compréhension et réitère son engagement à contribuer à la promotion du Patrimoine historique et culturel.

3SG : RENDEZ-VOUS LE 1er SEPTEMBRE AU CIRD

Les mercredi 1er Septembre 2021, au Centre International de Recherche et de Documentation (CIRD), à 10h, aura lieu le Séminaire Sciences Sociales de Guinée (3SG). Une rencontre entre chercheurs, étudiants et professionnels pour discuter des approches méthodologiques et scientifiques d’une thématique.

Titre :  Politique minière et capacité d’émergence en Afrique : Cas de la République de Guinée.

Cette problématique de recherche tente de porter un regard nouveau sur la portée développementale des ressources naturelles en Afrique. Comment faire de l’extraction des ressources naturelles un levier de développement social, économique et d’émergence géopolitique.  Elle s’efforce d’analyser les mécanismes multiples de développement des zones minières déployés par l’Etat ; FODEL, ANAFIC, les entreprises minières au moyen de la RSE, et les institutions internationales par l’édiction de normes de performances ; principes de l’équateurs, normes de la SFI, principes directeurs des Nations-Unies. La réflexion s’élargie également sur les enjeux géopolitiques sous-jacents dans les projets miniers en Guinée. Les rivalités entre des acteurs et des puissances (Chines, Russie, USA, France, Inde…) pour le contrôle d’une ressource minière sur un territoire donné.

Présentateur

BARRY Oumar, doctorant à l’Institut d’Etudes Politiques (IEP) de l’Université de LYON 2 Lumière. Chercheur sur les enjeux stratégiques des ressources minières et les politiques de développement des zones minières en Guinée.

PAGE NOIRE : LE CHEF DU DEPARTEMENT RECHERCHE DU CIRD N’EST PLUS !

Le CIRD a appris avec beaucoup de tristesse le décès de El Hadj Amadou Lamarana DIALLO qui a été arraché à notre affection le vendredi 9 avril 2021, à la suite d’une courte maladie. El Hadj A. Lamarana Diallo, socio-démographe de formation, était le chef du Département recherche de CIRD. Un intellectuel confirmé qui a servi son pays avec amour et abnégation. El Hadj Lamarana Diallo est auteur de l’essai Guinée : Les grimaces d’une intelligentsia divisée. Une œuvre à travers laquelle l’auteur partage son expérience, évoque son pays et ses ressources, notamment humaines, cette élite qui n’a pas été à la hauteur des attentes des populations.

L’enterrement est prévu pour ce samedi 10 avril à 14h dans le même quartier.

La Fondation et la Direction exécutive de CIRD présente ses condoléances à la famille du défunt et au monde universitaire dans lequel El Hadj Lamarana a évolué toute sa carrière durant.

Que Dieu lui pardonne et lui accorde Son Paradis Firdaws.

UN BAOBAB EST TOMBE

Un baobab est tombé. Le Professeur Djibril Tamsir Niane s’est éteint à 89 ans à Dakar où il s’était rendu pour des soins.  Cette disparition est une perte inestimable pour la communauté scientifique mondiale en général et africaine en particulier. Ce grand spécialiste de l’histoire de l’Afrique de l’Ouest est parti après avoir accompli ce qu’il s’était donné comme mission : réhabiliter l’histoire de l’Afrique et montrer, qu’en historiographie, la tradition orale exploitée avec intelligence est aussi précieuse que la documentation écrite. On se souviendra pour toujours du célèbre Soundjata ou l’épopée mandingue devenu un classique de la littérature africaine paru pour la première fois

Entre autres, sur cette photo, Mme Safiatou Diallo, juste à droite de Pr Niane, Baba Cheick Sylla à sa gauche.

aux éditions Présence africaine en 1960. A côté il y a eu cette Histoire de l’Afrique occidentale dont D. T. Niane est co-auteur avec J. Suret-Canale, publiée par le Ministère de l’Education de la Guinée en 1960, l’un des meilleurs manuels pour apprendre l’histoire de cette partie de l’Afrique qui, malheureusement n’a jamais connu une réédition. On ne passera pas sous silence sa contribution énorme à la rédaction d’une Histoire générale de l’Afrique sous l’égide de l’UNESCO, ni non plus son Histoire des mandingues de l’Ouest. Mais l’un de ses apports les plus importants est, avec une équipe d’archéologues et historiens polonais et ses étudiants de Conakry et de Kankan, d’avoir établi vers la fin des années 1960 l’emplacement de l’ancienne capitale de l’empire du Mali, Niani, en Guinée.

On se souviendra aussi de ce professeur qui malgré la prison a préféré être au service de son pays. Alors que d’autres pays lui ouvraient largement les portes de leurs universités avec tous les honneurs. Professeur Djibril Tamsir Niane a su demeurer humble et serein malgré les vertiges de la tentation.

Pr D. T. Niane, coupant le ruban inaugural du CIRD le 25 mars 2017, à sa droite, M. Moustapha Mamy Diaby, alors des Télécoms et celui de l’Enseignement supérieur.

Le Centre International de Recherche et de Documentation [C.I.R.D.] de Kipé perd en le Prof. Djibril Tamsir Niane d’abord un maître dans son sens scolastique c’est-à-dire un guide, un sage, celui dont la parole ne souffre d’aucun conteste.

Mieux le Prof. Djibril Tamsir Niane, dès l’origine, a cru au projet du CIRD qu’il a accompagné et dont il a partagé les grands moments : inauguration, conférences scientifiques, Prix Littéraire William Sassine, présentation d’ouvrages. Pour lui la seule valeur qui compte est de mettre la science à la portée du plus grand nombre. Il a vécu pour la science et celle-ci lui en est reconnaissante.

La fondation du CIRD, la direction exécutive et l’ensemble du personnel rend hommage à notre illustre disparu et présente ses condoléances les plus émues à sa famille, à la communauté scientifique guinéenne et africaine et à tous les hommes de culture.

Reposez en paix cher Professeur, après cette longue et exaltante carrière. Qu’Allah, dans sa miséricorde infinie t’agrée dans son paradis. Amina.

Deuxième édition du Prix littéraire Williams Sassine : Voici la liste des lauréats !

Ce sont un Congolais (RDC), deux Béninois et une Guinéenne qui ont décroché les quatre prix de la deuxième édition du Prix littéraire Williams Sassine. L’annonce a été faite ce samedi 27 février 2021 au siège du CIRD par M. Mamadou Yaya Sow, Président du Jury. A l’occasion d’une cérémonie symbolique qui a mobilisé quelques membres du CIRD.

Les lauréats sont classés comme suit par le Jury international :

  1. Yannick Tsiku KHEME de la RDC, pour son texte intitulé : La voie des sans voies
  2. M’Po N’Tcha NESTOR du Bénin, pour sa nouvelle Aux livières de la haine… il y a l’amour
  3. Angelo Fawaz Nouesedo OKERAN du Bénin, pour Le blanc noir
  4. Adama Hawa SOW de la Guinée, pour Karim, un espoir entre pris entre deux feux

Dans sa déclaration, le président du Jury a rappelé que, suite à l’appel à candidature lancé par le CIRD le 22 décembre 2018, ce sont 41 personnes qui ont candidaté en soumettant chacune une nouvelle de 20 000 à 40 000 signes, en caractères Times News Roman. Ces nouvelles provenaient outre la Guinée, du Togo, du Bénin, de la Côte d’Ivoire, du Sénégal, du Maroc, de la Belgique, de la République Démocratique du Congo, de la France.

Les textes, ajoute le président du Jury, ont été soumis, sous l’anonymat, à un Comité de lecture qui, se fondant sur les critères établis par le l’initiateur, a retenu dix finalistes. Pour désigner les lauréats de cette deuxième édition, les textes nominés ont été soumis, dans les mêmes conditions que la présélection, à l’appréciation du Jury international composé des personnalités ci-après :

  • Mamdou Yaya SOW, Guinée, président
  • Facely 2 MARA, Guinée
  • Makhily GASSAMA, Sénégal
  • Mme Fatoumata KEITA, Mali
  • Olivier ROGEZ, France.

Outre ces textes primés, deux autres textes ont capté l’attention du Jury comme pouvant être publiés. Il s’agit de Sur la route de l’enfer de El Hadj Boubacar Sadjo Diallo, Guinée et Mission inachevée de Oumou Khairy Condé, Guinée.

Dans une brève allocution, M. Mouctar Bah, le chargé des Relations publiques du CIRD, a rappelé que : « Le CIRD, dès ses premières heures d’existence, a initié ce Prix en hommage à tous les écrivains à travers Williams Sassine. L’objectif est d’encourager la lecture et l’écriture chez les jeunes, valoriser la littérature ». Il a remercié les membres du Jury « pour le travail accompli », félicité les lauréats et encouragé les autres candidats.

Les lauréats connus, la cérémonie de remise des prix aura lieu le 22 mai 2021 à Conakry.

COMMUNIQUE SUR LES RESULTATS DE LA DEUXIEME EDITION DU PRIX LITTERAIRE WILLIAMS SASSINE

La Direction du Centre international de Recherche et de Documentation (CIRD) a le plaisir d’informer les candidats et son aimable public que les résultats de la deuxième édition du Prix Littéraire Williams Sassine (PLWS) seront proclamés le samedi 27 févier 2021, à 09 heures TU. Les résultats seront accessibles sur le site internet du CIRD, www.cirdguinee.org,  ainsi que ses réseaux sociaux, Facebook : Cirdguinee, Twitter : @CirdGuinee, et LinkedIn CirdGuinee-Conakry.

La Direction félicite par anticipation les heureux lauréats et remercie l’ensemble des candidats pour leur patience et l’intérêt qu’ils accordent à nos activités, en particulier au Prix Littéraire Williams qui, avec son double objectif (favoriser la lecture et l’écriture et valoriser la littérature) donne aux jeunes la possibilité d’exprimer leurs talents sur des sujets qui touchent leurs communauté et pays respectifs, mais aussi l’humanité comme la MIGRATION, thème de la présente édition.

La Direction informe par la même occasion que la date de la cérémonie de remise officielle des Prix aux lauréats sera annoncée le 27 février 2021, à l’occasion de la publication des résultats.

Le CIRD, conformément à sa devise Comprendre le présent, Construire le futur, reste fidèle à ses engagements de promouvoir la Recherche, le Livre et la Science, valoriser le Patrimoine historique et culturel et être acteur de la Formation continue.

Formation en méthodologie de recherche : Le Projet de recherche

Le projet de recherche est la formalisation d’une idée de recherche. C’est un document indispensable par lequel passe tout travail de recherche scientifique. Le projet de recherche présente notamment l’objet de recherche et la manière dont celui-ci sera mis en œuvre. Il permet de justifier l’intérêt d’une idée de recherche. Un projet de recherche est souvent rédigé pour répondre à un appel à projet, un appel à contribution, ou pour finaliser un cursus académique exigeant un travail de recherche.
Quelle que soit sa nature, le projet de recherche obéit à une méthodologie rigoureuse que le postulant est tenu de suivre. La qualité d’un travail de recherche dépendra pour l’essentiel de celle du projet à partir duquel il a été réalisé. D’où l’intérêt de se donner les moyens pour bien monter son projet de recherche avant de commencer la recherche proprement dite.
Dans le cadre de cette formation, un accent particulier sera mis sur le projet de recherche universitaire destiné prioritairement aux étudiants en études avancées (Master et Doctorat).
Les personnes intéressées sont priées de remplir ce formulaire d’inscription avant le mercredi 09 décembre 2020 à 00h00.
Précisions : cette formation est gratuite et l’inscription se fait uniquement en ligne via ce lien https://forms.gle/UHHdswLT3NA2M7NL
Organisateur : Centre International de Recherche et de Documentation
Date : samedi 12 décembre 2020 à partir de 10h
Lieu : Kipé Dadia Mosquée