REMISE DU PRIX A SOULEYMANE KADIATOU SYLLA, 2ème LAUREAT DE LA 3ème EDITION

Le vendredi 18 novembre 2022, Souleymane Kadiatou SYLLA, 2ème lauréat du Prix Littéraire Williams Sassine, a reçu son Prix composé d’une enveloppe de 800 dollars, d’un trophée et d’une attestation. La remise s’est faite dans les locaux du CIRD, à Kipé Dadia Mosquée, par la Fondatrice et le Directeur Exécutif, en présence du personnel.

PRIX LITTERAIRE WILLIAMS SASSINE : LA REMISE OFFICIELLE DES PRIX

Le Centre International de Recherche et de Documentation (CIRD) a procédé à la remise des Prix aux lauréats de la troisième édition du Prix Littéraire Williams Sassine. Concours biennal international qui a pour but d’inciter les jeunes à la lecture et l’écriture, valoriser la littérature et rendre hommage aux écrivains. Parrainé par Tierno Monenembo, la présente édition est un hommage à feu Djibril Tamsir Niane, décédé en 2021.

La cérémonie qui s’est déroulée au Palm Camayenne de 16h à 18h a connu la présence de Dr Facinet Conté et M. Faya François Bourouno, respectivement Secrétaires généraux du Ministère de l’Enseignement Supérieur de la Recherche Scientifique et de l’Innovation et celui de la Culture, de Hadja Mafory Bangoura, la Directrice Générale de la Recherche scientifique. Il y avait aussi de nombreux partenaires techniques et financiers, dont Monsieur Vincent Martin, Coordonnateur-Résident du Système des Nations Unies, El Hadj Saliou Diallo, représentant du Représentant-résident du PNUD, les Représentants-résidents de l’UNDH, de la FAO et plusieurs personnalités issues du monde de la culture, des arts et lettres.

Les résultats de ce concours ont été rendus publiques le 25 mars 2022, à l’occasion du cinquième anniversaire du CIRD. La présente édition a été lancée le 4 Septembre 2021 et les candidatures ont été reçues jusqu’au 30 novembre 2021. A partir de décembre de la même année, le Comité de lecture a eu deux mois pour lire et présélectionner, dans l’anonymat total, les dix meilleures nouvelles. Celles-ci ont été transmises au jury qui a travaillé pendant un mois dans les mêmes conditions d’anonymat pour identifier les quatre meilleures.

Dans son allocution, le Directeur Exécutif du CIRD remercie les nombreuses personnalités pour leur présence à la cérémonie qui marque la fin de cette troisième édition. Il remercie également toutes ces personnes qui ont contribué à l’obtention de ces résultats et félicite les heureux lauréats. “Le prix Sassine, jeune, on peut le dire, est en train de faire son bonhomme de chemin et d’être bien connu.  Le nombre croissant des candidatures et l’élargissement de l’espace géographique des compétiteurs, d’une année à l’autre le montrent à suffisance. De 64 candidatures dont 11 venues de 5 pays étrangers pour la 1ère édition (2018) à 41 nouvelles dont 12 venues de 8 pays étrangers lors de la deuxième édition (2020), marquée par la COVID, nous en sommes, en 2022, à 107 candidatures dont 69 venues de 20 pays étrangers dont l’un, tenez-vous bien, est la Polynésie Française. Il totalise, pour l’ensemble des éditions, 12 lauréats guinéens et étrangers en raison de quatre par édition, pour un total de 212 candidatures. Cela montre, Chers Mesdames et Messieurs, que le PLWS est devenu planétaire après seulement trois éditions. Le CIRD entend le maintenir et le qualifier avec bien sûr, votre soutien et vos appuis”, souligne le Directeur exécutif.

S’adressant aux candidats, il affirme : “Dans une compétition, il faut certes un gagnant, sinon j’aurais dit et j’emprunte ces mots aux membres du comité de lecture que les 107 nouvelles sont toutes de grande qualité. J’en profite pour féliciter tous les participants car et vous conviendrez avec moi, que dans un tel exercice, il n’y a pas de perdants, il n’y a que des gagnants”.

De nombreux témoignages ont ponctué la cérémonie. Son Excellence Vincent Martin, M. Lamine Capi Kamara, auteur, El Hadj Souleymane Diallo du journal Le Lynx qui a longtemps collaboré avec Williams Sassine, Pr Maladho Siddi Baldé, historien, ont tous évoqué des souvenirs et la grandeur de Sassine, Djibril Tamsir Niane et Tierno Monenembo.

Les mots des lauréats

Parmi les lauréats, Souleymane Kadiatou Sylla, 2ème, était le seul dans la salle. Pour lui, cette distinction, de par sa particularité, est une réelle satisfaction. « C’est un prix à dimension internationale, qui est différent de tous les autres prix que j’ai eu à rafler précédemment. J’aime beaucoup la littérature, j’écris et ce prix vient de renforcer mon courage, je vais continuer parce que c’est ce qu’il faut pour garder l’essence de notre patrimoine culturel », a-t-il déclaré juste après avoir reçu son prix des mains de l’écrivain Lamine Kamara, auteur du roman Safrin ou le duel au fouet.

Pour leur part, Guscioni Jonathan Renée Raymond Guido, 1er lauréat, et Tala Fotie Maxime, 3ème lauréat, qui suivait leur consécration de depuis la France et le Cameroun, ont exprimé leur joie de compter parmi les quatre gagnants sur 107 candidats, puis ont remercié le CIRD pour ce prix planétaire. Hamed Bah, le 4ème, était représenté par ses parents qui se sont dit honorés.

Le CIRD, conformément à sa devise Comprendre le présent, Construire le futur, reste fidèle à ses engagements de promouvoir la Recherche, le Livre et la Science, valoriser le Patrimoine historique et culturel et être acteur de la Formation continue.

RESULTATS DE LA TROISIEME EDITION DU PRIX LITTERAIRE WILLIAMS SASSINE

Ce 25 mars 2022 est le cinquième anniversaire depuis le lancement des activités du Centre international de Recherche et de Documentation (CIRD). La Direction et la Fondation du Centre remercient toutes ces personnes qui ont contribué au rayonnement du Centre.

Le CIRD met l’occasion a profit pour rendre public les résultats de la troisième édition du Prix Littéraire Williams Sassine (PLWS). Concours biennal international qui a pour but d’inciter les jeunes à la lecture et l’écriture, valoriser la littérature et rendre hommage aux écrivains. La présente édition qui rend hommage à feu Djibril Tamsir Niane, décédé en 2021, a connu un record de participation avec 107 candidatures dont 69 venues de 19 pays étrangers.

Les résultats sont accessibles sur le site internet du CIRD, www.cirdguinee.org,  ainsi que ses réseaux sociaux, Facebook : Cirdguinee, Twitter : @CirdGuinee, et LinkedIn CirdGuinee-Conakry.

La publication de ces résultats marque l’avant dernière étape de la présente édition lancée le 4 Septembre 2021 et dont la soumission des candidatures s’est poursuivie jusqu’au 30 novembre 2021. A partir de décembre de la même année, le comité de lecture a eu deux mois pour lire et présélectionner, dans l’anonymat total, les dix meilleures nouvelles. Celles-ci ont été transmises au jury qui a travaillé pendant un mois dans les mêmes conditions d’anonymat pour dénicher les quatre meilleures.

Le CIRD félicite les heureux lauréats et remercie l’ensemble des candidats pour leur patience et l’intérêt qu’ils accordent à nos activités, en particulier au Prix Littéraire Williams qui permet de dénicher des talent cachés.

Le CIRD, conformément à sa devise Comprendre le présent, Construire le futur, reste fidèle à ses engagements de promouvoir la Recherche, le Livre et la Science, valoriser le Patrimoine historique et culturel et être acteur de la Formation continue.

Ci-dessous la liste des lauréats de la 3ème édition du Prix Littéraire Williams Sassine

Nom et Prénoms Pays Titres des Nouvelles Rang
1 GUSCIONI Jonathan Renée Raymond Guido FRANCE Coïncidences 1er
2 SYLLA Souleymane Kadiatou GUINEE L’héritier des griots 2ème
3 TALA FOTIE Maxime CAMEROUN Chemin de non-retour 3ème
4 BAH Ahmed FRANCE Les étoiles sont immortelles 4ème

LE CIRD A DUBREKA

Ce 22 mars, le CIRD est à l’institut des Arts Mory Kanté de Dubréka où il organise une conférence sur « Cinéma et État en Guinée ». C’est encore le duo Odile GOERG, professeure émérite d’histoire à l’université Paris 7-Denis Diderot et Gabrielle Chomentowski, enseignante à Université Paris 1 Panthéon-Sorbonne et chargée de la recherche au CNRS. Avec les étudiants de ISAMK, les échanges ont tourné autour de trois parties.
1- l’état du cinéma : porte sur l’arrivée du cinéma dans les bagages du colon et son début en Guinée, la cartographie des salles…
2- le cinéma sous Sékou Touré : dans cette partie, les conférencières ont présenté le cinéma sous la première République et la politique du cinéma mise en place. Laquelle politique état basée sur trois fonctions : divertir, éduquer et contrôler. C’est ce qui va continuer jusqu’en 71, année à laquelle de nombreux cinéastes Guinéens qui ont pourtant été formés à l’étranger ont été arrêtés à la suite de l’agression de 22 novembre 1970.
3- le cinéma sous la 2ème République : le désengagement de l’Etat et le libéralisme économique. Une partie qui a porté sur le déclin du secteur cinématographique qui a déjà commencé après les événements de 71. Depuis, le cinéma guinéen se fait à l’étranger avec des Guinéens qui vivent ailleurs ou des étrangers qui ont un intérêt particulier avec le cinéma en Guinée.

Hommage : Le CIRD célèbre Nadine Bari

Le 18 décembre, le CIRD a organisé une cérémonie hommage à Nadine Bari, écrivaine, humanitaire et veuve d’Abdoulaye Djibril Barry qui, comme beaucoup d’autres Guinéens, a disparu sous le régime de Sékou Touré. Une présence remarquée d’éminents acteurs du livre, des collaborateurs, des membres de la famille de son défunt mari, et de nombreux admirateurs. Une cérémonie en plusieurs étapes : projection du film Hier, je t’espérais encore, présentation de l’auteure et son œuvre, témoignages et visites d’exposition.

Dans le film, on retrace l’itinéraire d’une veuve à la recherche de la tombe de son mari disparu en 1972 dans des circonstances non élucidées. On voit Nadine remonter les pistes, traverser des villes et village, interroger des informateurs, parcourir de longs chemins à la quête de nouvelles d’un « être aimé ». Après plusieurs années de quête, on voit Nadine et ses quatre enfants se recueillir sur la tombe du mari et père, dans le village de Tokounou, préfecture de Kankan.

Nadine Bari, née Nadine Paulette Boissiéras, en juin 1940 à Dordogne (France). Ecole primaire aux  Aubiers, dans les deux Sèvres, le collège à Angers. Puis, elle poursuit ses études universitaires à Paris où elle suit à la fois des cours Droits et de Langues. Déjà, depuis ses années scolaires à Angers, Nadine avait été qualifiée de « meneur » pour avoir dénoncé la qualité de la nourriture servie. « Vous avez très tôt estimé avoir des droits à faire valoir, surtout quand on vous les refusait sans raison », a rappelé Dr Safiatou Diallo, fondatrice et Présidente de Conseil d’Administration du CIRD.

Pr Odile Goerg, historienne, depuis la France, a parlé de la rencontre de Nadine et son époux, Abdoulaye Djibril Barry dit « Noppi » (oreilles en pular), sobriquet tiré de la taille de ses « oreilles longues et décollées ». Ce dernier boursier de l’Etat guinéen comme beaucoup d’autres jeunes, était en tronc commun avec Nadine pendant les deux premières années d’université. Celle-ci, malgré un contexte marqué par la méfiance et le racisme, se plaisait à être en compagnie des étudiants africains. Nadine a réussi à convaincre ses parents et obtenu leur accord d’épouser celui qu’elle aime. Mais leur vie commune n’aura duré qu’une dizaine d’années.

L’écriture est un moyen que Nadine a utilisé pour extérioriser le mal qu’elle vit, l’amour qu’elle a pour l’homme qui l’a conquise à jamais. Grain de Sable ; Noces d’absence ; La dictature, mode d’emploi ; Chroniques de Guinée ; Le cri de la mangouste, sont entre autres ouvrages sur les 13 écrits par Nadine et dont les recettes sont destinées à financer les activités de l’ONG Guinée-solidarité créée en 2006. La toute dernière signature de Nadine Bari est L’accusé, œuvre dans laquelle l’auteure imagine et romance le « procès » de Sékou Touré devant les juges du TPI (Tribunal pénal interstellaire).

Mais avant, à travers des témoignages émouvants, l’assistance a salué une personne qui a fait du courage, la patience et la persévérance, ses armes irréductibles pour vivre pleinement l’amour et le prouver, malgré l’absence de l’être aimé.

LE CIRD AUX RESSOURCES EDUCATIVES

Le Centre International de Recherche et de Documentation (CIRD) a assisté « aux états généraux du livre en langue française dans le monde ». Activité qui a eu lieu à l’occasion des journées des Ressources éducatives organisées à Tunis (Tunisie) du 21 au 23 septembre 2021 et retransmis dans plusieurs capitales du pays francophones. A Conakry, l’événement s’est déroulé à Onomo Hôtel où se sont retrouvés des acteurs du livres, de la culture et de l’éducation. Des débats de haut niveau sur les enjeux liés au livre en langue française dans un monde en mutation.

L’équipe du CIRD composée de Thierno Hassane Diallo, chargé de communication et Saidatou Bah, assistante administrative, a eu l’occasion de présenter l’institution et ses activités. Notamment, le Prix Littéraire Williams Sassine, mais aussi échanger avec les participants sur les conditions de participation et offrir quelques exemplaires des recueils des deux éditions précédentes.

Le Ressources éducatives est un projet initié et financé par l’Agence française de développement (AFD) et mis en œuvre par l’UNESCO et l’Institut français. Il vise à renforcer l’accès des élèves du primaire et du secondaire en Afrique subsaharienne francophone à un ensemble de ressources éducatives variées et de qualité en matérielles et numériques.

« Lire pour apprendre » est la composante III du projet Ressources éducatives, elle est dédiée au développement et à la promotion de la littérature jeunesse au service de la maîtrise de la langue et des apprentissages. La Guinée en est le pays pilote.

 

 

 

LANCEMENT DE LA 3ème EDITION DU PRIX LITTERAIRE WILLIAMS SASSINE

Conakry, Samedi 4 septembre 2021. Le Centre International de Recherche et de Documentation (CIRD), a procédé au lancement de la 3ème édition du Prix Littéraire Williams Sassine. C’est à l’occasion d’un point de presse organisé à son siège, à Kipé Dadia Moquée, en présence de certaines personnalités et autres acteurs du livre.

Le Prix littéraire Williams Sassine est un concours biennal international initié par le CIRD. Il est ouvert aux jeunes talents du monde francophone et vise à inciter à la lecture et à l’écriture et valoriser la littérature. C’est un outil important qui permet de sortir de l’ombre les jeunes talents en écriture.

Il consiste à rédiger une nouvelle de format compris entre 20.000 et 40.000 signes (10 à 20 pages), dont l’appréciation est confiée à un jury international composé de nouvellistes, romanciers, journalistes et universitaires.

La 1ère édition (2018) s’est révélée un succès, avec 64 contributions dont 11 venant de 5 pays étrangers. Quatre lauréats ont été primés (3 Guinéens et une Ivoirienne), 4 nouvelles publiées dans le recueil Fenêtre sur rue de 84 pages.

La 2ème édition (2020) dont le thème était LA MIGRATION, quant à elle, a enregistré 41 candidatures dont 12 venues de 8 pays étrangers. 4 lauréats (un Congolais RDC, deux Béninois et une Guinéenne), 6 textes publiés dans le recueil, La traversée, de 156 pages.

 

HOMMAGE A FEU PR DJIBRIL TAMSIR NIANE

La présente édition est organisée en hommage à feu le Pr Djibril Tamsir NIANE, éminent historien guinéen décédé cette année 2021. Une manière pour le CIRD de contribuer à immortaliser l’auteur du célèbre ouvrage Soundjata ou l’épopée mandingue. L’édition 2022 se déroule dans les mêmes conditions que les deux précédentes. Le concours consiste à rédiger une nouvelle de format compris entre 20.000 et 40.000 signes (10 à 20 pages), dont l’appréciation est confiée à un jury international composé de nouvellistes, romanciers, journalistes et universitaires.

SOUMISSION DES CANDIDATURES

Conformément aux dispositions du Règlement général du Concours et le chronogramme établi, les candidatures sont soumises au CIRD du 4 septembre au 30 novembre 2021 à minuit. Les nouvelles sont envoyées en version électronique sur info@cirdguinee.org

LES LAUREATS ET PRIX

Contrairement aux éditions précédentes, les prix sont désormais en dollars. Le concours récompense 4 lauréats. Le premier a une enveloppe de 1000 dollars plus un trophée. Le deuxième une enveloppe de 800 dollars plus un trophée. Le troisième recueille 600 dollars plus un trophée et le 4 a droit à 400 dollars plus un trophée.

L’EDITION DU RECUEIL

Egalement, pour cette édition, seuls les quatre textes primés feront l’objet de publication. Celui-ci est distribué gracieusement aux bibliothèques et centres documentaires, aux établissements d’enseignements, aux institutions, aux partenaires.

Cliquez sur ce lien pour lire le Règlement général : https://drive.google.com/file/d/12YY6NgrV1oUSLyid699Sem6iOV1USbsc/view?usp=sharing

4 SEPTEMBRE : LANCEMENT DE LA 3ème EDITION DU PRIX LITTERAIRE WILLIAMS SASSINE

La Direction exécutive du Centre International de Recherche et de Documentation (CIRD) a l’agréable plaisir d’informer le public qu’elle procédera, ce samedi 4 septembre 2021, au lancement de la 3ème édition du Prix Littéraire Williams Sassine.
Ce, à l’occasion d’un point de presse qui aura lieu au siège de l’Institution à Kipé Dadia Mosquée, dans la Commune de Ratoma.
Vu les restrictions liées au contexte sanitaire, la Direction précise que cette publication n’est pas synonyme d’invitation et réserve l’accès à la cérémonie à ceux et celles qui sont contactés individuellement.
En revanche, l’événement sera diffusé en direct sur la page Facebook du CIRD.
La Direction remercie son aimable public pour la compréhension et réitère son engagement à contribuer à la promotion du Patrimoine historique et culturel.

3SG : RENDEZ-VOUS LE 1er SEPTEMBRE AU CIRD

Les mercredi 1er Septembre 2021, au Centre International de Recherche et de Documentation (CIRD), à 10h, aura lieu le Séminaire Sciences Sociales de Guinée (3SG). Une rencontre entre chercheurs, étudiants et professionnels pour discuter des approches méthodologiques et scientifiques d’une thématique.

Titre :  Politique minière et capacité d’émergence en Afrique : Cas de la République de Guinée.

Cette problématique de recherche tente de porter un regard nouveau sur la portée développementale des ressources naturelles en Afrique. Comment faire de l’extraction des ressources naturelles un levier de développement social, économique et d’émergence géopolitique.  Elle s’efforce d’analyser les mécanismes multiples de développement des zones minières déployés par l’Etat ; FODEL, ANAFIC, les entreprises minières au moyen de la RSE, et les institutions internationales par l’édiction de normes de performances ; principes de l’équateurs, normes de la SFI, principes directeurs des Nations-Unies. La réflexion s’élargie également sur les enjeux géopolitiques sous-jacents dans les projets miniers en Guinée. Les rivalités entre des acteurs et des puissances (Chines, Russie, USA, France, Inde…) pour le contrôle d’une ressource minière sur un territoire donné.

Présentateur

BARRY Oumar, doctorant à l’Institut d’Etudes Politiques (IEP) de l’Université de LYON 2 Lumière. Chercheur sur les enjeux stratégiques des ressources minières et les politiques de développement des zones minières en Guinée.

PAGE NOIRE : LE CHEF DU DEPARTEMENT RECHERCHE DU CIRD N’EST PLUS !

Le CIRD a appris avec beaucoup de tristesse le décès de El Hadj Amadou Lamarana DIALLO qui a été arraché à notre affection le vendredi 9 avril 2021, à la suite d’une courte maladie. El Hadj A. Lamarana Diallo, socio-démographe de formation, était le chef du Département recherche de CIRD. Un intellectuel confirmé qui a servi son pays avec amour et abnégation. El Hadj Lamarana Diallo est auteur de l’essai Guinée : Les grimaces d’une intelligentsia divisée. Une œuvre à travers laquelle l’auteur partage son expérience, évoque son pays et ses ressources, notamment humaines, cette élite qui n’a pas été à la hauteur des attentes des populations.

L’enterrement est prévu pour ce samedi 10 avril à 14h dans le même quartier.

La Fondation et la Direction exécutive de CIRD présente ses condoléances à la famille du défunt et au monde universitaire dans lequel El Hadj Lamarana a évolué toute sa carrière durant.

Que Dieu lui pardonne et lui accorde Son Paradis Firdaws.