« La Méthodologie de recherche en Histoire »

Dr Maladho Siddy Baldé est professeur d’Histoire à l’Université de Sonfonia. Le 8 avril, il a animé une conférence sur le thème « Méthodologie de recherche en Histoire ». Pour lui, l’historien ne cherche pas la vérité, il cherche les faits, il cherche la mémoire du peuple. La méthode en Histoire n’est pas une science politique, ce n’est pas penser demain. L’historien cherche les faits d’hier, il n’y a pas d’historien de demain. La méthode historique cherche à établir les causes des évènements historiques.

En faisant de la recherche selon lui, tout est bon, on ne conditionne pas, on collecte l’information pour vue que cela nous apporte des données pour faire la critique interne et externe. La méthodologie doit nous libérer, on ne s’emprisonne pas. On ne recueille que les données auprès de l’informateur. Ensuite, on peut appliquer les normes. La méthode tient compte du sujet, du temps et de l’espace. Le raccourci n’est pas vrai en Histoire. Dans la méthodologie, ce qui est maître c’est le doute.

Pour Dr Maladho, tous les moyens sont bons sauf ceux qui sont illégaux, car il faut toujours avoir l’autorisation de la source, ne pas paraphraser sans donner la source, ne pas critiquer quelqu’un sans son autorisation, ne pas imposer à l’informateur le lieu de l’entretien, avoir la sincérité d’utiliser l’information dont nous disposons. L’information doit avoir sa source absolue, reconnaitre une information qui n’est pas la nôtre.

En faisant de la recherche on doit se poser des questions: À quoi sert ma recherche ? Quand est-ce que la recherche doit se terminer ? Comment je dois la mener? Se poser des questions sur la sécurité de la recherche, de l’équipement, des données.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *