«Le travail décent pour les travailleuses de maison et la loi 189 de l’OIT »

Cette conférence a eu lieu le 31 mars 2017, animée par madame Doukouré Asmaou Bah, Secrétaire générale du syndicat national des travailleuses et travailleurs domestiques de Guinée. La conférence avait pour but d’attirer l’attention sur le fonctionnement de ce secteur mal réglementé. Les travailleuses et travailleurs domestiques sont victimes d’abus, du non-respect des contrats de travail, surmenage, etc. L’ONU a mis au point des dispositifs de protection de cette couche composée majoritairement d’enfants et des femmes en majorité analphabètes.

Selon l’OIT, bon nombre de filles de moins de 16 ans font des travaux domestiques. En 1989, l’OIT déclare que les enfants sont les plus vulnérables. Les femmes domestiques souffrent de la confiscation de leurs passeports dans certains pays étrangers. Nombre de gouvernements considèrent que cette activité relève du travail informel difficile à réguler. Par conséquent, il y a une exclusion des droits des travailleurs domestiques.

En Guinée, leur situation n’est pas prise en compte et on ne vulgarise pas les instruments juridiques de l’OIT (la loi 138 par exemple relative à l’âge minimum des enfants).

Parmi les recommandations, il est demandé de renforcer le plaidoyer et le lobbying pour la prise en compte des préoccupations des travailleuses et travailleurs domestiques.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *