Ciné-débat : « Fatou la Malienne »

Le film de Daniel Vigne traite du mariage forcé. Le CIRD l’a projeté le 18 mai 2017. C’est l’histoire d’une jeune fille de 18ans née en France d’un couple de Maliens. Après son baccalauréat, Fatou travaille dans un salon de coiffure et son rêve était de s’installer à Londres comme coiffeuse pour les grands couturiers. Ce rêve sera brisé par ses parents qui la marient de force à un de ses cousins venu du Mali conformément à la tradition.

Le débat a été animé par Binta Ann, auteure de Mariage par Colis et présidente de la Fondation Binta Ann pour les Enfants (FONBALE). La tendance à transporter et transposer les coutumes africaines en occident alors que cela ne colle pas aux réalités a été dénoncée. Binta Ann qui soutient avoir elle-même échappé à un mariage arrangé avec un de ses cousins a fait état de la pression des parents et de la famille pour imposer à des jeunes filles parfois mineures un mari. Il y a souvent un réseau d’escroquerie autour de ces mariages forcés. Binta Ann cite en exemple le pagne nuptial tacheté de sang et exhibé après que Fatou ait eu des relations sexuelles forcées avec son mari. Elle qualifie cela de viol parce que Fatou n’était pas consentante. Et pire, elle était séquestrée dans une maison.

Binta Ann dira que dans le mariage forcé, les hommes sont aussi piégés. Souvent des parents imposent des femmes à leurs fils.

L’espoir pour changer les mentalités est tout de même permis, cela grâce au combat engagé pour la lutte contre les violences basées sur le genre.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *